Google contraint de fournir les adresses IP des clics Adwords

Moins de flou sur le net 35
adwordsComment lutter contre la fraude aux clics ? Par la transparence. La fraude au clic consiste pour un malintentionné à lancer un logiciel chargé de cliquer frénétiquement sur des liens publicitaires. Par effet mécanique, les frais d'annonces versés par la société explosent puisqu’ils sont calculés sur le nombre de clics. Pis encore, ces clics virtuels ne sont jamais transformés en commande réelle.

Une société nommée attractive Ltd (exploitant de bars et restaurants à Paris) avait acheté plusieurs mots clés chez Google, dans le cadre de son programme Ad Words. En contrepartie, elle payait par prélèvement bancaire des sommes qui se sont révélées de plus en plus importantes dès la fin 2006. En mars 2007, elle cesse ce service et demande à Google de justifier les prélèvements effectués sur la période contestée.

Face au mutisme du moteur, la société vient d’obtenir du tribunal de grande instance de Paris, statuant en référé, une décision unique. Sur proposition du moteur, la justice impose à Google de fournir la liste des adresses IP des internautes ayant cliqué sur ces Adwords litigieux. L’information, révélée par la Gazette du Net, montre une fois de plus la nécessité d'une plus grande transparence de ces systèmes de rémunérations par clics. Nul doute en outre que la société flouée par un concurrent peu respectable, trouverait là une assise à une nouvelle action contre celui-ci.