Nez rouge d'Albert de Monaco : comme un ouragan de liberté

Non, Steph', pose le micro 53
clown Marc Giacone, responsable du site Monaco Politic Circus, vient finalement d’être relaxé. L’affaire avait alors fait grand bruit lorsque sur ses pages web, il brocardait le prince Albert II affublé d’un nez rouge et du qualificatif « chef clown séducteur ». Pour cette galéjade, Marc Giacone a frôlé la IIIe Guerre Mondiale. Il fut poursuivi sans rire pour « offense au chef de l’état » avec à la clef le risque d’être condamné pour 6 mois de prison ferme, peine requise par le procureur. C'est que la loi et l’ordre public se doivent d’être respectés, même dans un paradis fiscal non coopératif selon l’OCDE.

La justice monégasque aura-t-elle voulu marquer son autodéterminisme ou bien est-ce simplement le ridicule de cette action en justice qui a finalement joué en faveur de la liberté d’expression, nul ne le saura. Les juristes évoqueront aussi le risque d’une sanction peu joviale de violation du principe de la liberté d’expression protégé par la Convention Européenne des Droits de l’Homme, dont est signataire Monaco.

L’auteur, fan de Charlie Hebdo et également organiste à la chapelle des Carmes (démis de ses fonctions), a toutefois été condamné à 2 000 euros d’amende pour des propos tenus à l’encontre de l'archevêque de Monaco et le ministre de la Justice. On notera au passage que le site est depuis beaucoup moins acide…