Novell demande la levée de la protection de SCO

Une longue agonie ? 29
suse novellLes mésaventures de SCO n’en finissent plus, et Novell semble pressée d’y mettre un terme. Éditeur très actif dans le monde de Linux et de l’open source en général, Novell détient l’ensemble des droits sur la propriété intellectuelle des systèmes Unix. Une décision prise durant le mois d’août par un juge fédéral aux États-Unis et qui a totalement inversé les rapports de force avec SCO.

Cette dernière est actuellement réfugiée derrière la loi de protection contre la banqueroute, qui a mis notamment en suspension toutes les procédures juridiques. Depuis que la propriété intellectuelle d’Unix est entre les mains de Novell, SCO doit lui verser 95 % du chiffre généré par la vente de licences, ce qui inclut malheureusement les 25 millions de dollars engrangés lors des contrats passés avec Sun et Microsoft.

sco Une somme dont ne dispose pas SCO. La situation se tend un peu plus, car Novell demande désormais la levée de la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Or, grâce à ce bouclier, SCO peut se concentrer sur sa réorganisation, l’éditeur souhaitant se focaliser sur le développement d’Unix et sur sa plateforme SCO Mobile Server.

Novell estime que l’histoire de SCO a prouvé que les seuls moments où cette dernière générait un chiffre d’affaire confortable se situaient toujours sur des ventes massives de licences. Ces licences étaient basées malheureusement sur la propriété intellectuelle de Novell, et la somme réclamée aujourd’hui est d’environ 30 millions de dollars. Une solution envisagée consisterait à transformer la somme en crédit, ce que n’apprécie pas Novell.

La suite de cette série au prochaine épisode.