Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

La déontologie sur le net fait son retour, l'ordre moral aussi

Journal journaux newspapersEn cette rentrée de septembre, le gouvernement veut relancer la question de la déontologie du net. Un sujet épineux non éloigné du débat de l’instauration d’un ordre moral sur le net.
Dans un communiqué, Xavier Bertrand, ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité, a annoncé une série de mesure destinée aux parents qui « ne connaissent pas les rudiments de l’internet, ne sont pas en mesure de garantir la sécurité de leurs enfants et ont le sentiment d’être dépassés ».

Dans la multitude des propositions, c’est le lancement prochain d’une « commission nationale de déontologie du numérique » qui doit attirer le plus l’attention d’autant que la date d’installation est déjà avancée : cette commission sera en place d’ici décembre 2007. Les détails sont encore minces, mais ses missions seront de « former des recommandations d’ordre déontologique, liées au respect de la protection des enfants ou encore des consommateurs, et de renforcer la protection des enfants par la création d’un "label famille" ou "marque de confiance" ».

Le précédent de février 2007

L’énoncé reprend l’esprit du projet de décret dévoilé en début d’année 2007. Ce texte fut rapidement abandonné pour cause d’élection présidentielle et surtout de la forte levée de boucliers qu’il suscita chez les tenants de la liberté d’expression.

L’élection passée, il refait donc surface.

Le projet de décret voulait mettre en place une « Commission nationale de déontologie des services de communication au public en ligne ». Sa mission était alors d’établir des « recommandations déontologiques » soit, en clair, d’établir un ensemble de règles et de devoirs pour régir la conduite du secteur des communications. Son article 1er, qui définissait l’étendue de sa mission, indiquait les « missions de formuler à l'intention des opérateurs déclarés (…) des recommandations tendant à assurer le respect des principes de déontologie, tels que la protection des mineurs ou le respect de la dignité de la personne humaine. Elle assure le suivi de ces recommandations ». Comme nous l’indiquions, le « tels que » donnait un champ illimité à l’action de cette commission. Nul ne sait si le gouvernement prendra soin de canaliser un peu mieux ce domaine avec cette nouvelle tentative déontologique.

Qui contrôlera qui ?

Quoi qu’il en soit, on peut reprendre sans risque les critiques qui furent adressées en février dernier au projet gouvernemental (notre dossier). Avec cette commission se dessine un web à deux vitesses, avec d’un côté des sites labellisés par cet organisme et l’État, et de l’autre côté, des sites disqualifiés qui susciteront inquiétudes et doutes chez les crédules. Le risque de censure biaisée n’est pas mince d’autant que l’attribution de bons points se dédouble nécessairement d’une procédure de retrait-sanction pour le site qui n’aura pas suivi une stricte déontologie.

Quel sera le sort de la liberté d’expression lorsque cette menace empoisonnera le quotidien des éditeurs de sites ? De plus, quelle légitimité peut avoir un tel gardien de la déontologie et qui contrôle vraiment ce contrôleur du net ?

Web à deux vitesses

Voilà donc un système périlleux qui se dessine, sous couvert de protection des familles et des consommateurs. Un parapluie qui pourrait cacher d’autres velléités. N’oublions pas que Renaud Donnedieu de Vabre, ex ministre de la Culture, caressait l’idée de s’attaquer un jour au « problème de la presse en ligne », avec pourquoi pas, des règles déontologiques imposées par le haut. Nous irions alors vers des journaux en ligne avec label certifié laissant sur le bas côté l’autre web, une masse de sites sans gloire ni étoile au contenu incertain selon l’Etat.

Est-il si impérieux que le gouvernement mette son grain de sel dans le bouillonnement de sources d’informations qu'on retrouve sur le web ? Ne serait-il pas plus judicieux de guider les plus jeunes par exemple en leur fournissant les armes nécessaires dans le cadre d'un enseignement spécifique ? La question sera sans doute posée, comme bien d’autres une fois le projet de texte connu.
8 commentaires
Avatar de utr_dragon Abonné
Avatar de utr_dragonutr_dragon- 14/01/19 à 12:32:34

Je ne comprends pas ce que signifie ce trou dans la dalle... S'il s'agit d'une caméra, ce n'est pas un trou, et les images de la news ne montrent pas de trou sur le téléphone. J'ai raté un truc ?

Édité par utr_dragon le 14/01/2019 à 12:32
Avatar de sephirostoy Abonné
Avatar de sephirostoysephirostoy- 14/01/19 à 12:50:21

Oui, le trou c'est le remplaçant de l'encoche.

Avatar de j-dub INpactien
Avatar de j-dubj-dub- 14/01/19 à 13:29:23

La caméra remplit le trou fait dans l'écran.

Avatar de yvan Abonné
Avatar de yvanyvan- 14/01/19 à 13:39:26

C'est le seul choix qui reste pour augmenter les diagonales : supprimer l'espace perdu en haut et en bas.
Après les téléphones ont du mal à rentrer dans les poches dès qu'on s'approche des 7" de diagonale donc même totalement sans bordure il restera une limite.

Édité par yvan le 14/01/2019 à 13:39
Avatar de TheKillerOfComputer Abonné
Avatar de TheKillerOfComputerTheKillerOfComputer- 14/01/19 à 18:43:31

Et à force de gratter le moindre millimètre même sur les côtés, il devient difficile de les prendre bien en main parce que ça fait contact... Ça va devenir des Edge à force, il va falloir les poser sur une table pour s'en servir.

Édité par TheKillerOfComputer le 14/01/2019 à 18:44
Avatar de Guinnness INpactien
Avatar de GuinnnessGuinnness- 14/01/19 à 19:56:57

Pour moi l'idée de placer la caméra frontale sur une "tirette" rétractable façon Xiaomi MI Mix3 est une des meilleure : ça laisse toute la place disponible pour l'écran en masquant ce truc inutile.
Après c'est sur les accros aux selfies ne seront probablement pas du même avis que moi. :D

Avatar de yvan Abonné
Avatar de yvanyvan- 15/01/19 à 09:09:24

En effet. Ca a également l'avantage que même si le tel est piraté, par défaut la caméra est oblitérée.
Par contre ça rajoute de la mécanique => pannes

Édité par yvan le 15/01/2019 à 09:09
Avatar de Guinnness INpactien
Avatar de GuinnnessGuinnness- 15/01/19 à 18:28:04

C'est pour ça que je disais que c'est pas forcément adapté aux accros aux selfies mais pour quelqu'un comme moi qui utilise la caméra frontale à peu près ... jamais le risque de panne est quand même très réduit

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.