SpiralFrog, l'offre gratuite de musique, est enfin disponible

La fête à la grenouille 55

SpiralFrog LogoPour Universal Music et EMI Music, l'année 2007 est probablement un tournant dans leur "histoire numérique". Après l'abandon des DRM par EMI, après NeufMusic, la musique illimitée chez Neuf Cegetel par Universal, SpiralFrog se rappelle à notre bon souvenir. Il y a de cela plus d'un an, la plus grande maison de disques au monde annonçait la prochaine arrivée en décembre 2006 d'un site pour le moins révolutionnaire. Un site qui permettrait à ses visiteurs de s'octroyer gratuitement tout le catalogue audio et vidéo d'Universal (et aujourd'hui d'EMI), en échange de 90 secondes de publicité avant téléchargement.

Le site ouvrira en fin de compte aujourd'hui même. Le site n'est accessible qu'aux seuls visiteurs étatsuniens et canadiens, pour l'instant. Enfin, après une longue période de bêta-test (sur invitation), SpiralFrog se décrit officiellement comme une expérience musicale supportée par la publicité.

Une alternative au P2P... vraiment ?

« Nous pensons qu'il s'agit d'une véritable alternative aux sites pirates » a ainsi affirmé Joe Mohen, créateur de SpiralFrog, avant de préciser qu'avec « SpiralFrog, vous saurez ce que vous prendrez... il n'y a aucune menace de virus, d'adware ou de spyware. » Une façon d'éloigner les internautes des logiciels de P2P.

Non gravables sur CD, DRM oblige – contrairement à Airtist – les morceaux ne peuvent être transférés que sur deux baladeurs ou téléphone différents, compatibles WMA qui plus est. Une restriction qui ne devrait pas plaire à tout le monde, puisque cela signifie l'exclusion des iPod et de l'iPhone. La qualité des morceaux (128 kbps) devrait aussi faire grincer des dents.

Un modèle qui doit faire ses preuves

SpiralFrog n'appartient pas à Universal ni à EMI. Start-up américaine au business model encore à démontrer, SpiralFrog a signé un accord avec Universal et EMI pour diffuser leurs catalogues respectifs. Mais ces maisons de disque ne disposent pas pour autant d'un contrat d'exclusivité.

Ainsi, le 12 septembre dernier, le label indépendant INgrooves a signé un partenariat avec SpiralFrog, afin d'y ajouter son catalogue, soit près de 100 000 chansons, et 2000 vidéos. Aux dernières nouvelles, plus 770 000 morceaux sont à télécharger sur le site, ainsi que 3500 clips. Le but est d'atteindre rapidement la barre des deux millions de musiques disponibles selon le PDG de SpiralFrog.