Retour d'Arrêt sur images : le pari du net payant

Retour du grain de sable 119
ASI arrêt sur images ASI toujours debout : l’émission prépare son come-back officiel dès le mois de janvier après avoir été priée de se déchaîner ailleurs que sur France 5.

« Si Arrêt sur images (ASI) a finalement été chassé de la télé, c'est parce que l'émission énervait depuis des années les stars et les patrons de l'audiovisuel (et peut-être quelques autres) ». Voilà l’accroche du nouveau site de Daniel Schneidermann et de son équipe puisqu’on l’aura compris, le retour se fera uniquement sur écran d’ordinateur via arretsurimages.net.

Faute d’autres solutions, cette nouvelle lucarne d’expression libre traitant des médias TV change de modèle et fait appel à la contribution des internautes. « Si ce lieu a pu exister, c’est parce que toutes ces années, la télévision publique nous payait pour le travail, le vrai travail d’enquête, de recherche, de mise en forme, que nous accomplissions à l’émission » explique le rédacteur en chef avant de trancher net : « C’est [aujourd’hui] fini ».

Dès janvier, pour profiter du contenu, il faudra ainsi verser 3 euros par mois. Étudiants, les chômeurs et « les précaires » n’auront à verser qu’un euro par mois. « Pas besoin de justificatif, nous avons choisi de vous faire confiance ». Les radins, eux, pourront toujours tenter de resquiller (tout est expliqué ici) ou se contenter de diffusions gratuites.

Poussée par une pétition qui aura provoqué un gros « buzz » sur le net et dans la presse (200 000 signatures, des soutiens) en plus de soutiens divers (dont celui de Gandi , etc.), ASI fait donc le pari de l’autofinancement et de la contribution directe, en sus de quelques publicités affichées sur ses pages. Ce sera là le gage de l’indépendance pour le poil à gratter du PAF.

Le rendez vous est fixé au 7 janvier 2008. On vérifiera alors solidité et viabilité du modèle.