Quand la cartographie en ligne dévoile des secrets militaires

De quoi bomber le torse ? 194
C'est tout de même fou ce que l'on peut dénicher sur le net, alors que l'objet même de la recherche que l'on amorçait n'a rien à voir avec ce sur quoi l'on est tombé...

Pour preuve, l'histoire de cet homme qui farfouillait sur Virtuel Earth, le service carto de Microsoft, à la recherche d'un coin sympa où il trouverait sa future maison. Et pour cause, en lieu et place de maison, il a découvert un sous-marin atomique... Si vous êtes assez rapide, l'image doit encore être visible à cette adresse. Sinon, nous les avons glanées pour vous :

sous marin nucléaire sous marin nucléaire
sous marin nucléaire

L'engin était mis à sec dans la base de Kitsap-Bangor, dans l'État de Washington, connue pour abriter le plus vaste arsenal militaire en matière d'armes atomiques. Sa caractéristique principale est de pouvoir patrouiller sans être détecté, mais uniquement sous l'eau...

Fameuse trouvaille donc pour Dan Twohig, qui a percé à jour un secret militaire qualifié par la Navy Times de « technologie navale sensible ». Et de fait, une polémique a immédiatement embrayé : les services de cartographie en ligne ont-ils le droit de révéler au grand jour des installations militaires américaines en particulier, voire militaires en général. Et hop, Dan s'est empressé de faire état de sa découverte sur son blog, ajoutant pour la petite pique : « Ne pensiez-vous pas que le gouvernement aurait mieux abrité et maintenu au secret un tel truc ? »

Le point reste que le département de la Défense ne disposerait pas de l'autorité légale pour exiger le retrait ou la dissimulation de photographies aériennes.

Singularité du calendrier de la moisson d'images sensibles, un certain Hans Kristensen, analyste travaillant pour la Federation of American Scientist, dans le secteur des armes nucléaires, a mis le doigt sur un autre sous-marin à propulsion nucléaire. Il s'agit d'un nouveau modèle de la collection printemps post atomique de type classe Jin, qui appartient à la Chine, aperçu, cette fois grâce aux indiscrétions de Google Earth.

Ce dernier possède des missiles intercontinentaux pouvant atteindre les États-Unis, depuis leur base au sud de la ville de Dalian, située sur le Golfe de Corée.

Prévert nous l'avait pourtant bien dit : « Quelle connerie, la guerre ! »