France : écueil dans la tentative de normalisation de l'OOXML

Résultats le 2 septembre 88
afnor OOXML ODFAprès d'autres pays, la réunion française a commencé concernant l’OOXML. Dans le cadre de la commission de normalisation nationale, structure miroir du comité international responsable pour le projet, l’AFNOR a publié hier les résultats de l’enquête probatoire nationale. Cette enquête avait été lancée sur ce projet avec une clôture au 31 juillet 2007.

Manque de chance pour les tenants de l’OOXML, selon nos informations, les résultats du dépouillement sont nettement négatifs :
  • Approbation au projet de normalisation : 20
  • Approbation au projet de normalisation avec commentaires : 12
  • Désapprobation avec commentaires : 81
  • Abstention : 14
Au regard des principes de fonctionnement de l'AFNOR, toute personne ayant répondu à l'enquête probatoire a pu venir défendre ses observations devant les membres de la commission. En tout, on dénombrait aujourd’hui 25 personnes présentes (dont une dizaine extérieure à la commission).

Des courriers pour soutenir OOXML

En parallèle à cette initiative, l'AFNOR a créé la surprise en indiquant avoir reçu directement 93 courriers soutenant le principe de la normalisation d'OOXML sans analyse technique. Elle a donné lors des entretiens en cours de grands noms (Essilor, Caisse d'Épargne, Danone, CIGREF, et d’autres). Autre surprise, si la liste complète des noms est à disposition des membres, le contenu précis des courriers reste lui secret.

Une démarche peu transparente qui fut mis à l’index par plusieurs acteurs siégeant dans cette commission, dont un représentant de l’administration. On a fait valoir que les résultats de l'enquête probatoires - la vraie - sont anonymes et que la commission n’est censée traiter que ces commentaires. La Commission pourra les ignorer, mais l’AFNOR s’estime libre d’en tenir compte pour se fixer.

Réponse française par consensus

La France devra donner sa position sur projet de normalisation d'OOXML le 2 septembre 2007. C’est actuellement que se tient la réunion pour décider de la position définitive. Elle sera établie par « consensus », et donc sans vote. Conformément aux règles de l’AFNOR, cela suppose un accord général sans opposition ferme à l’essentiel du sujet « émanant d’une partie importante des intérêts en jeu et par un processus de recherche de prise en considération des vues de toutes les parties concernées et de rapprochement des positions divergentes éventuelles ».