Défaut d'autorisation de la SACEM pour l'offre Neuf - Universal

Un nuage de plus en août 100
Alors que la Deezer est parvenu à un accord avec les auteurs représentés par la SACEM, et devrait sans surprise décrocher l’autorisation des majors à la rentrée, la situation est toujours en question pour l’offre Neuf-Universal.

Dans l’échiquier de la musique en ligne, le journal Les Echos indique que la SACEM n’a pas eu vent de l’accord entre Neuf et Universal. C’est justement un tel défaut d’accord qui avait plombé l’aventure de Blogmusik.net, en février dernier.

« Nous n'avons pas été contactés par Neuf Cegetel et nous ne leur avons donc pas délivré les autorisations nécessaires pour les droits » a déclaré à nos confères Thierry Desurmont, vice-président du directoire et directeur juridique de la SACEM, ajoutant que la SACEM a demandé aux deux acteurs de prendre contact avec elle afin d'épurer la situation. Toujours dans le quotidien, le FAI indique « C'est Universal Music qui gère ces questions » sans plus de précision.

universal

Contactée, la SACEM nous confirme avoir bien contacté Neuf, et quant au renvoi sur Universal, la Société rappelle un principe de base : « l’autorisation de la SACEM ne peut être conférée que par la SACEM, nous ne mandatons pas les producteurs de disque pour nous représenter. Ensuite, tous nos contrats s’effectuent en direct entre le site qui propose au consommateur et nous. Seul ce site fixe le vrai modèle économique, encaisse les recettes, voit passer les internautes, constate les pages vues, le nombre de clics, etc. Et étant donné que la rémunération des auteurs doit être proportionnelle à l’utilisation faite de leurs œuvres et aux recettes générées, on va au plus près de celui qui délivre au consommateur ».

Selon nos informations, ces acteurs devraient payer environ 8 % du chiffre d’affaires réalisé pour leur offre.