Microsoft : vers une licence réellement open source ?

MicrosoftMicrosoft travaille actuellement sur une licence particulière. Appelée très simplement Permissive License (Ms-PL), elle laisse une très grande liberté d’action au développeur qui l’utilise pour une application par exemple. Tellement grande d’ailleurs que l’éditeur de Redmond compte faire valider sa licence comme une authentique licence open source.

Microsoft va donc proposer sa licence auprès de l’OSI (Open Source Initiative). Selon une certaine liste de critères obligatoires, la Permissive License pourrait se voir attribuer officiellement le titre de licence open source, qui ne manquerait pas de faire hausser bien des sourcils (sans nécessairement les froncer). Toutefois, le chemin est semé d’embûches.

Tout d’abord parce que beaucoup se demandent si l’OSI est l’organisme le plus apte à qualifier ou non une licence d’open source. L’OSI invite actuellement les développeurs à proposer leurs licences pour examen. Ce dernier est pratiqué par un jury et non pas la communauté elle-même, ce qui représente à la fois un avantage et un inconvénient. La partie négative induit un besoin de rigueur et de transparence pour le jury qui s’occupe d’apposer ou non son cachet sur toute nouvelle licence proposée.

En dehors même du choix de l’organisme, il faudra savoir si la licence de Microsoft passerait tous les tests imposés dans ce genre de cas. Une lecture rapide de la licence Permissive aurait tendance à indiquer que le texte pourrait se voir apposer la marque open source. Mais il reste deux inconnus, et de taille : la licence survivra-t-elle à un examen poussé, et le monde a-t-il réellement besoin de cette licence ?

La seconde question est ce qui pourrait en fait provoquer le refus d’approuver la licence de Microsoft. En effet, chaque fois qu’un développeur ou une entreprise dépose une demande de certification open source, l’auteur doit indiquer de quelle licence déjà existante se rapproche sa propre licence. Une fois que cette information est donnée, l’auteur doit justifier de ce qui rend sa licence unique, pour démontrer qu’elle peut être appliquée à des situations nouvelles.

Or, tout le problème réside dans le fait que la licence de Microsoft est très simple et relativement courte. Elle répond indubitablement dans les grandes lignes aux critères de l’open source, mais du fait de sa simplicité, elle pourrait tout à fait se voir refuser cette « certification » du fait qu’elle n’apporte en fait rien de nouveau. On pourra sourire de l’ironie de la situation.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !