Projet Parvi : France Télécom attaque la mairie de Paris

Bornes to be wild 92
arche défense parisLe projet Parvi qui consiste notamment à doter Paris de plusieurs accès wifi gratuits, ne se fera pas sans anicroche. France Télécom a attaqué la Mairie de Paris devant la juridiction administrative, lui reprochant d’intervenir sur ce marché de la télécommunication.

Pour l’opérateur historique il y aurait là une forme de concurrence déloyale, le code des collectivités publiques posant qu’une collectivité ne peut gérer elle-même un réseau public de télécommunications que si elle permet à tous les opérateurs de l'utiliser ou à l'issue d'un appel d'offres infructueux.

La démarche a pu surprendre puisque France Télécom a elle-même participé à l’appel d’offres qui fut lancé avant ce projet. Seul hic, c’est SFR qui fut jugé le mieux disant, laissant à l’écart FT du déploiement de plus de quatre cents bornes wifi. France Télécom possède cependant plus de 2250 accès wifi payants sur la capitale et voit maintenant d’un mauvais œil cette profusion de bornes gratuite, inaccessibles par elle alors que la loi impose cette ouverture.

Pour ne pas concurrencer les FAI, des mesures avaient été prises : le cahier des charges du déploiement de ces bornes décide ainsi depuis l'origine que l’offre ne sera proposée que pendant les heures d’ouverture des services municipaux et des jardins de même, l’accès sera délimité aux zones de la municipalité (400 points d’accès Wi-fi dont 134 sites en plein air dans les jardins, places publiques comme le parvis de l’Hôtel de Ville). Sur ces points, nous avions interrogé SFR, qui propose lui aussi des accès Wifi payants : « le mélange du gratuit payant nous paraît pertinent, ces offres sont complémentaires. Cela va plutôt favoriser l’usage des services internet en nomadisme. On sera gagnants ».

À titre complémentaire, on pourra consulter sur cette page, l'ensemble des accès wifi gratuits à Paris