La réunification de Compiz et Beryl s'appelle Fusion

Unifier pour mieux régner 136
compizNous en avons parlé dans l’actualité précédente dans les nouveautés attendues d’Ubuntu 7.10 et encore avant dans l’annonce officielle : les projets Compiz Extra et Beryl ont fusionné. Le nom officiel du projet est d’ailleurs Compiz Fusion, ce qui serait dû à la fois à la représentation claire du mélange des travaux, mais également aux débats passionnés et enflammés qui ont suivi l’annonce de la réunification.

Pour rappel, Compiz et Beryl sont tous deux des projets ayant pour but de permettre la composition de l’affichage, c’est-à-dire l’utilisation de la carte graphique en lieu et place du processeur central pour s’occuper de tout ou partie de l’affichage.

Certes, le GPU est alors davantage sollicité et cela a une influence sur la consommation et l’autonomie d’un portable, mais les bénéfices visuels et le gain de productivité qu’offrent certaines fonctions font souvent oublier ce défaut.

Compiz Fusion est donc la réunification de deux projets que la scission initiale depuis le seul Compiz avait en quelque sorte fragilisés. Maintenant que tous les développeurs travaillent de concert sur un développement commun (toutefois divisé en deux sections majeures), les choses s’annoncent sous un jour heureux. On retrouve deux éléments principaux :
  • Compiz Core, qui rassemble la base du projet
  • Compiz Extra, qui réunit les plug-ins, les utilitaires de configuration, les scripts et les autres composants qui étoffent Compiz Core
Il faut considérer cependant que Compiz Fusion représente en fait la jonction de Compiz Extra et de Beryl, et ne concerne pas la partie Core à proprement parler. Les architectures ayant différé avec le temps entre Compiz et Beryl, de grands pans de code de ce dernier doivent être réécrits pour être intégrés à Compiz. Toutefois, le projet avance bien, et une première vidéo montre clairement les possibilités énormes de la composition sous Linux :


Comme on peut le voir, Compiz Fusion emprunte un peu à tous les domaines et à tous les systèmes d’exploitation. On pourrait presque parler de pot-pourri, et on y reconnaîtra sans aucune difficulté les différents éléments tirés de Mac OS X. Mais Fusion ne se limitera pas à ces seules possibilités puisqu’il dispose d’un système ouvert d’extensions capable de lui rajouter de très nombreux effets.

Bien qu’il soit possible de tester Compiz Fusion dès maintenant, il faut prendre garde au caractère peu avancé du projet dans l’état actuel des choses.