MP3 sans DRM : EMI juge les premiers résultats bons

Le comble aurait été que les ventes baissent 41

apple itune DRM defective by designLa maison de disques EMI Group, qui pourrait faire les frais de l'appétit de Warner Music d'ici peu, a fait sensation début avril en proposant sur iTunes (et d'autres plateformes) sa discographie dépourvue de DRM. Les autres maisons de disques n'ont pas encore emboîté le pas du major anglais, mais peut-être attendaient-elles des preuves de l'intérêt du « DRM-Free » ?

Mercredi dernier, EMI Group, par l'intermédiaire de son senior vice-président Lauren Berkowitz à New York, a résumé la situation par ces simples mots : « Les premiers résultats de la musique sans DRM sont bons ».

Concrètement, de nombreux albums ont vu leurs ventes augmenter suite à ce retrait des DRM. Dark Side of the Moon du fameux groupe Pink Floyd, par exemple, a vu son intérêt augmenter de 4,5 fois (350 %) en une semaine, grâce au lancement d'iTunes Plus. En moyenne, cette hausse est de 272 %, passant de 830 ventes par semaine auparavant, à 3600.

Coolfer précise que d'autres albums ont connu pareille fortune, à de moindres proportions toutefois, notamment A Rush Of Blood to the Head, l'album de Coldplay sorti en 2002 après l'excellent Parachutes, a été acheté 115 % de plus qu'auparavant. Ok Go, et son Oh No, a pour sa part crû de 77 %. Dans le même temps, leurs CD ont quasiment tous fortement chuté dans les charts, respectivement de 12, 24 et 45 % pour les trois albums cités ci-dessus.

Le "zéro DRM" est donc vendeur, du moins si l'on se fie à ce bilan à très court terme. Cela suffira-t-il à convaincre les autres majors ?