Ecologie : Apple, encore dernier du classement Greenpeace

Ushu aïa aïe 180
Pour sa 3e édition du guide « Pour une high-tech responsable », Greenpeace vient une nouvelle fois de dresser son classement. Pour cette édition, comme pour la précédente, Apple gagne à nouveau le bonnet d’âne. Lenovo par contre détrône Nokia, qui passe à la deuxième place :
1) Lenovo: 8
2) Nokia: 7.3
3) Sony/Ericsson: 7 (=)
3) Dell: 7 (=)
5) Samsung: 6.3 (=)
5) Motorola: 6.3 (=)
7) Fujitsu/Siemens: 6
8) Hewlett-Packard: 5.6
9) Acer: 5.3
10) Toshiba: 4.3
11) Sony: 4
12) LG Electronics: 3.6 (=)
12) Panasonic: 3.6 (=)
14) Apple: 2.7
Cette compétition pour une électronique plus verte veut créer une émulation entre les différents constructeurs, du moins ceux intéressés par la première place. Pour ce classement, ont été prises en compte les politiques respectives et les pratiques « en matière d’utilisation de substances chimiques et de gestion des déchets ».

greenpeace classement

L’émulation recherchée prend racine puisque neuf entreprises dépassent maintenant les 5/10 contre cinq lors de la première édition du guide en août 2006. On pourra consulter l’édition d’avril sur ce PDF.

Pour Lenovo, grand gagnant de cette édition, voilà le commentaire posté par Greenpeace :

« Dernière du classement lors de sa première édition en août 2006, Lenovo a rapidement su améliorer sa position, jusqu’à prendre aujourd’hui la tête des entreprises les plus propres. Deux raisons majeures expliquent cette progression fulgurante. D’abord l’engagement de Lenovo en faveur du principe de précaution et en faveur du principe la responsabilité individuelle du producteur, qui implique que chaque entreprise est responsable des produits qu’elle commercialise et donc de leur devenir après obsolescence. Ensuite, la mise en place de services de reprise et de recyclage dans tous les pays où sont commercialisés ses produits – ce qui en fait la première entreprise à atteindre cet objectif (voir ici ). Le moins : Lenovo doit encore commercialiser des modèles exempts de PVC et de retardateurs de flamme bromés (RFB), critère sur lequel l’entreprise ne marque pour l’instant aucun point. »

Quant à Apple :

« Après la chute d’Apple en toute dernière position du classement en décembre dernier, autre surprise : la marque à la pomme n’a pas bougé d’un iota. Apple n’a pas amélioré ni sa politique d’utilisation de substances toxiques et de gestion des déchets, et stagne en queue de peloton ! Aussi décevant qu’étonnant de la part d’une entreprise qui se veut leader en matière de design et surfe sur une image d’extrême modernité. Le score d’Apple est mauvais sur presque tous les critères : rejet du principe de précaution, refus de divulguer sa liste de substances contrôlées, absence d’échéance sur l’élimination du PVC, aucun engagement en faveur de la substitution de tous les usages de retardateurs de flamme bromés (RFB), aucun plan de reprise et de recyclage des produits obsolètes… Un seul bon point : la publication des quantités de déchets électroniques recyclées ».

Sony et LG Electronics ont eux quitté le top 5, « pénalisés par leur discours sur la gestion des déchets : officiellement, ces entreprises affirment que le producteur doit en être le seul responsable, tout en militant aux Etats-Unis pour l’option contraire : la faire supporter aux consommateurs ».

Sony Ericsson est cependant la première entreprise à s’engager sur une échéance au 1er janvier 2008 pour éliminer des substances toxiques telles que les phtalates, le béryllium et certains usages de composés d’antimoine, se félicite l’association. Un effort qui va au-delà de ce que demande la directive RoHS (Restriction des substances dangereuses dans les produits électroniques).