La fin du Minitel prévue pour 2010... au plus tôt

Teuf, lançons un PCI sur le Minitel ! 72

Mintel MagisNon, le Minitel n'est pas mort. Malgré l'accessibilité d'Internet, ses services et ses avantages innombrables, le précurseur Minitel résiste encore et toujours à l'envahisseur. Lancée massivement il y a de cela 25 ans, cette invention française est encore utilisée par un certain nombre d'habitants de l'Hexagone. Sa mort n'est ainsi prévue que pour 2010, dans le meilleur des cas.

Avec 130 millions d'euros de chiffre d'affaires générés l'année dernière, et 5000 services proposés, le Minitel n'a en effet aucune raison de passer l'arme à gauche. Loin du milliard d'euros généré et des 20 000 services disponibles à la fin des années 1990, le Minitel peut potentiellement être encore utilisé par dix millions de Français.

De nouveaux Minitel encore vendus !

France Télécom précise même qu'il vend encore une poignée de milliers de nouveaux Minitel chaque année. Avec 16,9 % de foyers disposant d'un Minitel, sa mort est donc loin d'être effective, d'autant que le 3611 (l'annuaire) a tout de même été visité 111 millions de fois l'année dernière.

Olivier Bon, directeur des kiosques et services payants de France Télécom, contacté par l'AFP : « Son déclin est beaucoup plus lent que ce que l'on avait prévu au départ. (...) Avec encore dix millions d'utilisateurs, c'est pour France Télécom une vocation de service public qu'on ne saurait arrêter. »

Christine Bridelle, directrice marketing des annuaires en ligne de PagesJaunes : « Il n'y a aucune raison pour l'instant de décréter qu'on arrête. Il [le Minitel] est installé au même endroit depuis des années, on sait s'en servir et il répond bien aux questions qu'on lui pose. »

Simple, et sans virus.

Utilisé pour sa simplicité et sa sécurité, de nombreuses entreprises, dont certaines très bien implantées sur Internet, se servent encore et toujours du Minitel. Comme l'explique Olivier Bon, « des entreprises en multi-établissements continuent de l'utiliser pour des prises de commandes. »

Mais si un grand nombre de sociétés proposent leurs services, c'est aussi pour une raison financière. Alors qu'Internet « impose » son modèle gratuit, le Minitel reste intéressant financièrement, d'autant que les frais restent pour les entreprises quasi nuls après tant d'années.

Un bon business.

Pour Michel Caron, responsable des services télématiques de l'Argus automobile, les Minitel « ne coûtent pas cher puisque les investissements ont été faits, et rapportent de l'argent, nous n'avons pas de raison d'arrêter. (...) C'est un excellent modèle économique que tout le monde regrettera. »

Vous pouvez lire sur LesKiosques.com une interview de Michel Caron sur ce sujet. Interview réalisée début 2005.