DRM : menaces européennes et lettre ouverte contre Apple

Au boulot, Jobs 127
Selon une dépêche Reuters, qui cite une interview à paraître dans le magazine allemand Focus, Meglena Kuneva, commissaire européenne à la protection des consommateurs, aurait dans la visée le couple iTune - iPod.

iTunes « Vous trouvez normal qu'un CD puisse être lu par tous les lecteurs CD mais que seul un iPod puisse lire une chanson achetée sur iTunes? Moi, pas. Il faut changer quelque chose ».

Les propos ont été confirmés par Helen Kearns, porte-parole de Bruxelles, qui relativise leur portée : ce ne serait qu’une opinion personnelle de l’intéressée. « Je ne pense pas qu'elle l'entendait comme l'expression d'une position politique définitive. A ce stade, c'est son sentiment instinctif ». Bref, une sortie de route qui ne refléterait en rien la position de la Commission, du moins pour l’instant.

Exemple norvégien

La commissaire chargée des questions de consommation semble en tout cas très inspirée par le cas norvègien. Toujours sur le même dossier, les autorités locales ont estimé qu’Apple, avec ses DRM couplant iTune et iPod, violait la législation protectrice des intérêts des consommateurs. « C’est on ne peut plus clair. Le DRM Fairplay est une technologie de verrouillage illégal, dont le principal objectif est d’enfermer les consommateurs dans les produits Apple en bloquant l’interopérabilité ». Apple a jusqu’au 1er octobre pour apporter une solution sous peine d’action en justice.

Lettre ouverte par Defective by Design

En février dernier, Steve Jobs publiait sur Apple.com une lettre ouverte : il y exposait son opposition aux DRM et, sur le thème du « ce n’est pas moi, c’est eux », accusait Universal, Sony BMG, Warner et Emi d’imposer ces restrictions…

Pour l’heure, Defective By Design, une émanation de la Free Software Foundation et de CivilActions, a publié à son tour une lettre à destination de Steve Jobs, pour prendre l’intéressé au mot (sa traduction chez notre confrère Ratiatum) .

apple itune DRM defective by design Il lui est demandé d’abandonner les DRM sur les morceaux d’artiste indépendant « de nombreux artistes et labels indépendants distribuent leur musique à travers itunes et souhaitent le faire sans DRM, mais vous ne les y autorisez pas. Vous pourriez montrer votre bonne foi en rejetant immédiatement les DRM pour ces cas-là ».

De même, DBD demande à Jobs de ne pas cantonner sa lutte contre les DRM au domaine de la musique, mais à l’étendre au monde du cinéma. Un coup de griffe est porté, là, aux multiples points de contact entre Apple à Disney (Pixar, Jobs au conseil d’administration, actionnariat, vente des films DRMisés sur iTunes).

Puisque Apple est proche de Disney, Jobs pourrait demander à ce dernier d’abandonner les verrous anticopie sur les films de l’éditeur. Enfin, si Jobs est vraiment contre les DRM, il devrait financer une campagne contre le DMCA et ses interdictions des mesures de contournement des DRM. Pour appuyer sa demande d’engagement concret, DBD a mis en ligne une pétition, signée à ce jour par près de 3500 personnes.