e-Déchets : les Nations Unies lancent le programme StEP

Alléger les métaux lourds 18
nigeria africain recyclage déchetsLe programme mondial StEP (Solving the EWaste Problem, résoudre le problème des déchets électroniques), est officiellement lancé cette semaine, sous l’égide des Nations-Unies. Il a pour objectif, sous de multiples facettes, de réduire la quantité de produits polluants dans la constitution des produits issus des nouvelles technologies, mais également d’en favoriser le retraitement en fin de vie.

Retardateurs de flamme, mercure, cadmium, zinc, et autres métaux lourds sont des plaies pour l’environnement et les responsables de maladies graves chez les personnes qui entrent en contact avec ces matériaux. Ordinateurs, écrans, lecteurs MP3, télévisions, radios, etc. finissent souvent au bord des chemins, en Chine ou dans certains pays Africains, allégés de leurs quelques poussières de métaux précieux qu’on trouve en leur sein (argent, or, palladium).

L’indium, par exemple, a vu son prix au kilo littéralement exploser ces dernières années (de 70 dollars en 2002 à 725 dollars, chiffre AP). Ce dernier n’en est pas moins dangereux pour la santé.

Le programme StEP souhaite ainsi standardiser à l’échelle planétaire les processus de recyclage, et harmoniser les différentes législations. Il repose nécessasirement sur un partenariat public privé. Outre les Nations Unies, s’y trouvent des centres de recherches (MIT, Berkeley, l’Académie chinoise des sciences, l’Institut Français de télécommunication, etc.), mais encore des sociétés telles Cisco, Dell, Ericsson, HP, Microsoft, Philips et plusieurs organisations gouvernementales.

stepL'initiative n’est pas la première démarche globale en la matière : en Europe, plusieurs directives sont déjà intervenues pour traiter d’une seule voix ces questions chez les Etats membres.

Quant à la Convention de Bâle, il s’agit d’un traité international destiné à réduire la circulation des déchets dangereux entre les pays, concrètement les plus pauvres. A ce jour, il n’a toujours pas été ratifié par les Etats-Unis. (image © Basel Action Network 2006.).