Musique en ligne : Apple souhaite la fin des DRM

Steve Jobs a publié une lettre ouverte sur Apple.com pour se pencher sur le cas des DRM. Une prise de position surprenante alors que les pressions européennes se multiplient face à la chaîne iTunes et iPod, cadenassée par le DRM Fairplay.

Sous le thème du « ce n’est pas moi, c’est eux », Jobs veut ainsi remettre les pendules à l’heure et indiquer les bonnes cibles : ce sont les « big four », Universal, Sony BMG, Warner et Emi qui ont la mainmise sur la distribution de musique et exigent la présence de ces DRM, et sûrement pas Apple.

Dans les négociations avec ces majors, le fondateur d’Apple est parvenu à négocier le droit de lire ces morceaux sur 5 ordinateurs différents et un nombre illimité d’iPod. De fait, si Apple était effectivement contraint par les pays européens de déverrouiller son système, le risque est grand de voir ces compagnies déserter l’iTunes Music Store. Que faire, en somme ?

Trois voies pour l’avenir

A l’avenir, Steve Jobs voit trois chemins à suivre : soit poursuivre l'actuel où chaque fabricant (grosso modo Apple, Sony et Microsoft) développe son propre système propriétaire. Une formule qui n’atténuera évidemment pas les critiques. Pour adoucir celles adressées à l’iPod, Jobs décrit une situation qui n’est pas aussi dramatique dans la mesure où 97% de la musique stockée ne provient pas de l’ITune, mais de mp3 non DRMisés. Reste que le problème en réalité n’est pas tant l’iPod mais bien l’iTune…

apple itunes

Une autre alternative serait pour Apple de licencier sa technologie DRM FairPlay. « L’idée n’est pas si mauvaise, en surface », en plus, Apple toucherait quelques cents par titre vendu. Cependant, l’histoire récente rapporte que céder ainsi une technologie à toute une profession multiplie considérablement les risques de fuite. De fait, plus un DRM se généralise sur un marché, plus grandes sont les chances de voir poindre une technique de contournement. Et dans ce contexte, comment mettre à jour d’un coup et rapidement un parc de millions de lecteurs ?

Un monde sans DRM

Une troisième et dernière voie est celle de l’abolition intégrale des DRM. « Imaginez un monde où tous les magasins vendraient de la musique encodée dans un format ouvert et sans DRM » se plaît à rêver le CEO d’Apple. Dans ce monde, n’importe quel lecteur pourrait lire n’importe quel fichier acheté dans n'importe quelle boutique. « C’est clairement la meilleure alternative pour les consommateurs (…). Si les Big Four voulaient licencier leur musique sans exiger de protection par DRM, nous modifierions sans hésiter notre iTune Store pour ne vendre que ce type de format ».

Pourquoi les Majors accepteraient un tel changement de marché ? « La réponse la plus simple est que les DRM n’ont pas fonctionné, et pourrait même ne jamais marcher pour stopper le piratage de musique ». D’ailleurs, souligne encore Jobs, alors que ces labels vendent des morceaux en ligne avec DRM, ils continuent à commercialiser des millions de CD-Audio dénués de toute protection : or, extraire les pistes et les uploader sur internet ou sur des lecteurs n’est pas d’une haute complexité.



« Pour la seule année 2006, 2 milliards de morceaux DRMisés auront été vendus en ligne, dans le monde, contre 20 milliards non DRmisés sous forme de CD-Audio ». A quoi bon s’encombrer avec les DRM sur ces 10 malheureux pour cent ? Déverrouiller la musique ne serait au contraire que positif pour les majors, les magasins en ligne et les fabricants de lecteurs multimédias.

La mode du déverrouillage

Quant aux plaintes européennes, Jobs demande à ce que ces « énergies » soient redirigées vers les bons interlocuteurs pour les inciter à vendre de la musique non DRMisée. Une demande qui n’exige en fait que peu d’efforts : « la plus grosse, Universal, est possédée à 100% par Vivendi, une société française. EMI est basé en Angleterre, et Sony BMG est possédé à 50% par Bertelsmann, une société allemande ».

« Incitez-les à licencier leur musique et nous créerons un véritable marché de la musique interopérable » conclut Steve Jobs.

iTunes

Difficile d’analyser le coup de griffe du patron d’Apple : sincérité ou opportunisme ? Ce qui est certain est qu’il intervient alors que la mode de la musique non DRMisée s’implante un peu partout (sauf chez Pascal Nègre). Pour la France, signalons les initiatives de Virgin, celle de FnacMusic. Dans le monde, même une des big four baisse la garde (on parle d’Emi). Le tout survient dans un contexte où les associations et autres organismes de défense des intérêts des consommateurs multiplient les actions en justice. Sans évoquer les initiatives telles celles de StopDRM.

stopdrmstallman drm


Apple d’hier, Apple d’aujourd’hui

Et n’oublions pas surtout les discussions pendant la loi DADVSI, lorsque l’interopérabilité menaçait d’être imposée avant le passage au Sénat. N’est-ce pas Apple qui exposait : « l'application par la France de la directive européenne sur le droit d'auteur aboutira à du piratage parrainé par l'État ». Natalie Keris, porte-parole de la société, poursuivait « si cela se produit, les ventes légales de musique vont s'effondrer alors même que des alternatives légales au piratage commencent à prendre auprès des clients ». Une position soutenue par le très influant secrétariat au commerce extérieur américain, avec les suite que l’on connaît en sortie de DADVSI.


Situation inchangée en Norvège

Torgeir Waterhouse, du conseil norvégien de la Consommation, a vivement félicité la nouvelle position de Steve Jobs. Toutefois, en substance, il ne fait que peu de cas des conseils d’Apple et du contenu des accords passés avec les majors : en tant que professionnelle qui vend de la musique aux consommateurs, la société Apple est toujours tenue de respecter les dispositions de la loi norvégienne et doit faire face à ses choix et responsabilités.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !