Apple : de fausses rumeurs démasquent de vrais mouchards

Le sens du secret, chez Apple, tient de la mystique religieuse. Derrière cette politique de dissimulation, fortement destinée à créer l'événenement, se cachent des stratégies dignes de l'espionnage international. La traque aux mouchards permet de démasquer les employés un brin trop bavards qui révèlent, parfois à l'insu de leur bon vouloir, des détails sur des produits encore top secret.

Si l'on maintient une poigne de fer autour des employés, cela ne suffit pourtant pas à évincer les potentiels agents doubles. La technique devient alors très simple et fonctionne par élimination. Ayant des doutes sur X, Y va lui confier une information erronée. Si X est un honnête travailleur et un confident muet, l'information ne sera pas relayée auprès des médias. Mais si cette fausse nouvelle venait à trouver une oreille très attentive, qui qualifierait alors de rumeur ce qu'elle vient d'apprendre, notre ami X serait alors pris en flagrant délit de délation. Le rôle de Y étant tout particulièrement dévolu aux employés vétérans, auxquels une certaine confiance est accordée.

apple

Prêcher le faux pour découvrir le traître... Pourtant, remarque Jeff Gamet, éditeur de The Mac Observer « certains des produits dont les gens ont pu parler étaient véritablement dingues ! Mais une fois que l'on a le produit devant les yeux, on s'aperçoit qu'il est bon sinon meilleur que ce à quoi l'on avait pu s'attendre. » Alors se justifie la désinformation et finalement, ce que Philippe Breton, chercheur au CNRS appelle « la parole manipulée »*. Le repli sur soi d'Apple, va de pair avec la création d'un « univers menteur » qui se charge de construire de toutes pièces l'image de la firme.

Or, l'on surveille également les séances de surf des employés durant les journées, ce que d'autres entreprises font également, et tout particulièrement ceux qui lisent trop de sites de rumeur, alors qu'ils sont au travail. En effet, la victime potentielle pourrait y trouver confirmation ou infirmation de ce qu'elle a entendu, et le piège serait raté...

Le nom de l'iPhone montre à quel point ce commerce de la traque et de la vigilance est payant. Alors que tous l'attendaient, la surprise fut tout de même générale, que de découvrir ce nom pour le téléphone d'Apple. Sans parler du reste du produit.

iphone apple

Voilà tout à fait une stratégie applienne, pour pointer précisément du doigt d'où proviennent les taupes. « Ils aiment le secret, parce qu'il leur permet à coup sûr de marquer les esprits. Mais ce système va s'éroder parce que leurs partenariats grandissent » , explique Roger Kay de Endpoint Technologies. Les employés pris dans une logique de crainte n'osent alors plus parler de ce qu'ils font, ou de ce qu'ils entendent, redoutant d'être eux-mêmes les victimes d'une conspiration visant à les démasquer.

Comme le dit Philippe Breton : « Mentir entraîne l'adversaire à prendre de mauvaises décisions, les plus mauvaises pour lui ». Et justement, l'adversaire se trouve parfois dans ses propres rangs...


*La parole manipulée, de Philippe Breton, Editions la Découverte Essais

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !