Stock options d'Apple : possible implication de Steve Jobs

argentEn juin dernier, des indications étaient apparues sur des mouvements suspicieux d’argent au sein de la firme à la pomme. Nous indiquions alors qu’Apple avait contacté la commission des opérations de la bourse américaine (SEC, Securities and Exchange Commission) et retardé en conséquence la publication de ses résultats financiers. La firme déclarait alors avoir constaté des irrégularités dans l'attribution de stock-options auprès de certains anciens dirigeants.

Nous indiquions également le 30 juin : « Le numéro un Steve Jobs a lui aussi reçu des stock-options indus, mais qui furent très vite annulés, sans aucun gain financier ». La situation n’est clairement plus aussi nette à présent, car il semble bien que le PDG de la société soit impliqué dans les mouvements financiers obscurs. Selon un article publié dans le Financial Times, Steve Jobs aurait reçu 7,5 millions de stocks options à un prix de 18,30 dollars par action.

Le problème ne se situe pas au niveau de ces stocks options, mais dans la manière dont elles ont été données. Il apparaît qu’elles auraient été transmises sans aucune autorisation du conseil d’administration et que des documents auraient été falsifiés afin que tout apparaisse en ordre et donc approuvé en bonne et due forme. Selon le journal The Recorder, les documents falsifiés impliqueraient deux autres personnes :
  • Fred Anderson, ancien responsable financier de la firme, parti à la retraite en 2004, et qui n’a quitté officiellement l’organigramme que récemment (octobre)
  • Nancy Heinen, qui avait rejoint la firme lors du rachat de la société NeXT. Elle a quitté la société au mois de mai de cette année, mais la firme a fourni très peu de détails sur les raisons de son départ
Apple devrait rendre très prochainement un rapport qui doit expliquer précisément ce qui s’est passé. Certains analystes arguent qu’il s’agit avant tout d’une histoire visant à discréditer la société de Cupertino, et plus précisément son président directeur général.

Toutefois, Anderson, rédacteur pour Strategic News Service, estime que l’image du dirigeant est écornée par le simple fait que l’attention se porte vers lui dans cette affaire de stocks options, même s’il se trouve être innocent des doutes qui planent sur lui. S’il devait s’avérer que Jobs avait réellement reçu ces stocks options de manière illégale, Anderson estime que la firme préparera sans doute un scénario visant à garder son PDG en place, au risque de créer un bouc émissaire.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !