Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Google se paye YouTube pour 1,65 milliard de dollars

En 2005, il y avait eu le rachat de Skype par eBay. Cette année, l’une des opérations phares sera bien celui de YouTube par Google. La rumeur (à 50 000 000 de dollars près) circulait depuis quelques jours et depuis hier soir, elle est officielle. Le numéro 1 des moteurs s’est donc offert le numéro 1 de l’hébergement vidéo pour la bagatelle de 1,65 milliard de dollars, en échange d’actions. L’acquisition ne devrait pas avoir de conséquences externes, puisqu’on annonce que YouTube conservera sa ligne indépendante « afin de préserver sa marque à succès et sa communauté passionnée ». Aucun plan social n’est de plus prévu chez les quelque 67 salariés de la petite entreprise.

youtube Ce rachat est le signe d’un nouveau déploiement massif de Google, dans un créneau qu’il occupait déjà avec son site Google Video. Mais YouTube, un des précurseurs en ce secteur, peut se targuer d’un stock de plusieurs millions de vidéos et d’une plateforme visitée par plusieurs dizaines de millions de visiteurs chaque mois. La transaction sera finalisée à la fin du quatrième trimestre 2006.

On ne peut évidemment pas payer 1,65 milliard de dollars et prendre le risque d’une avalanche de procès : à quelques heures de cette annonce, on apprenait ainsi la signature de multiples accords de YouTube avec Universal, CBS et Sony afin de ne pas s'attirer les foudres des majors. Avec ces accords, les usagers de Youtube pourront librement accéder à des titres issus des catalogues respectifs.

En contrepartie, YouTube mettra en place des technologies pour filtrer le contenu non autorisé par les ayants droit. Son architecture d’identification a été modifiée voilà peu afin de permettre ce système d’interdiction ou d’autorisation (voir notre actualité). Sony, Bertelsmann AG et Warner Music Group signaient dans la journée des accords similaires avec Google, cette fois pour Google Video.
0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.