Après la TNT, la France s'engage vers la radio numérique

Vive la météo marine DRMIsée ! 53
radio satellite Après la TNT, la France décide de s'engager sur le chemin de la radio numérique. Le projet ne dispose d'aucun calendrier définitif à ce jour, mais concernera de près les 84% des Français qui écoutent la radio chaque jour et qui devront, à terme, changer d'équipement. Mince affaire. Il voit cette semaine son avenir balisé par une consultation publique organisée par Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de Culture et de la Communication et François Loos, ministre délégué à l'Industrie, suite à des travaux engagés par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

L'objet est ainsi de recueillir l'avis des acteurs sur les normes de diffusion de la radio numérique, puisque la loi impose une normalisation dès lors qu'il y a numérisation. Un choix stratégique quant au prix et la disponibilité des technologies, le calendrier de lancement et le nombre de programmes qui pourront être proposés.

Par exemple, il s'agira de connaître l'avis de chacun sur les technologies de diffusion (T-DAB, DRM 30, DVB-T, DVB-H, etc.) et de compression audio existantes, leurs qualités, leurs défauts, leur performance, leur évolutivité. Il faut encore se demander s'il faut privilégier une norme seulement ou plusieurs d'entres elles. Par ailleurs, qui dit radio numérique, dit possibilité de mettre en place un système d'accès conditionnel, verrouillant la diffusion par abonnement ou paiement à l'unité.

« Il ne peut être exclu que les services de radio numérique aient, dans certains cas, recours à des systèmes d’accès conditionnel, que ce soit pour se conformer aux accords relatifs aux droits acquis par les éditeurs (restrictions de couverture liées à la validité territoriale des droits), ou encore en vue de la mise en oeuvre de services de radio numérique payants sur abonnement », indique la consultation. Avec cette prochaine étape, c'est ainsi la fin de la radio analogique pour tous. Déjà, la loi relative à la liberté de communication prévoyait que les exploitants de systèmes d’accès conditionnel ont l'obligation de collaborer avec les industriels pour implanter ce système dans les terminaux qu’ils fabriquent. Du coup, faut-il privilégier un ou, plusieurs systèmes d'accès, demandent les ministres ? Faut-il prévoir un texte, à l'instar de la TNT, sur les équipements de réception et quid de l'interopérabilité ?

La consultation publique sera ouverte jusqu'au 24 octobre prochain. Dans le même temps, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a lui-même ouvert une consultation afin d 'organiser l'appel aux candidatures pour la diffusion radio en numérique.