Literacy Project : Google se range aux côtés des enseignants

Plus de vacances et des élèves motivés !!! 4
livre libreAvec un site entièrement dévoué à la littérature, lancé hier, Google affiche une volonté claire de faciliter le partage des ressources pour les professeurs. Ce lancement regroupe les volontés de l'UNESCO et du Litcam (Frankfurt Book Fair Literacy Campaign)

Le Literacy Project met à disposition des livres, des vidéos, et différentes sections annexes, tout ce qui permettra une diffusion élargie de contenus scolaires, favorisant le développement de la lecture et de l'éducation. Mais il s'agit également d'optimiser les processus de coopération internationaux, développer des campagnes et des projets avec des partenaires impliqués, partager et échanger des opinions sur la littérature.

« Google est né du désir d'aider quiconque à trouver une information », explique Nikesh Arora, vice-Président des opérations en Europe. « Nous souhaitons que ce site serve de pont pour une plus grande communication et favorise l'accès aux informations concernant les problèmes de la littérature, et ses solutions », ajoute-t-il.

Plus d'un milliard de personnes sur Terre, âgées de moins de 15 ans, souffrent d'illettrisme, selon un rapport de l'UNESCO. Et ce projet, en plus de ses répercussions sur l'accès à des ouvrages, étend un peu plus les ramifications de Google dans le domaine de la vidéo en ligne. Tous les liens vidéos du Literacy Project dirigent en effet vers Google Video.

Sous couvert de combattre l'analphabétisme, cette opération devrait néanmoins permettre à la société de gonfler un peu ses revenus, puisque toute requête renvoie invariablement vers les pages du moteur. D'ailleurs, avant de formuler une demande sur un moteur de recherche, pour consulter un ouvrage sur Internet, encore faut-il savoir écrire. Et encore, disposer d'un ordinateur... Soit.

Reste par ailleurs que les accusations de contrefaçon ne manqueront pas non plus d'accompagner ce lancement. Proposer un extrait d'ouvrage n'était pas simplement considéré par les maisons d'édition comme un pur acte d'altruisme.

Tout cela attendant donc la réalisation définitive de la Bilbliothèque Numérique Européenne, fin 2006 ?