Francisation : cinédom, technoloisirs et grosses machines

pourquoi pas PCIMpact tant qu'on y est ? 95
 langueL’inébranlable Commission Générale de Terminologie et de Néologie revient à la charge contre l’utilisation abusive des termes étrangers dans notre langue. Le 15 septembre 2006, le Journal Officiel nous apprend que plusieurs termes du vocabulaire de l'audiovisuel et de la communication doivent être prestement abandonnés au profit d’expressions plus adaptées, adoubées par ses soins.

Ainsi, les amateurs de « home cinéma » : home cinema system, home theater et ses multiples variantes, deviennent par un coup de baguette magique des adeptes du « cinéma à domicile ». Dans une grande mansuétude, la Commission accepte l’expression contractée « cinédom ». Quant aux audiophiles et vidéophiles, ils devront dorénavant acheter des « coffrets long format » et non plus des tirages Long box, « boîtier allongé renfermant un ou plusieurs disques compacts et des documents se rapportant à l’oeuvre ou à l’auteur ». Évidemment, lorsqu’on achète un « coffret long format » pour son « cinédom », on a toutes les chances de tomber sur une « grosse machine », autrefois nommée « blockbuster » (et défini par le délicieux « production à gros budget, dont l’ambition semble surtout commerciale »).

 Après une séance de cinédom, rien de mieux qu’une petite visioconférence. À ce titre, il faudra se doter d’une « cybercaméra », non d’une horrible « webcam ». Les plus doués pourront eux se livrer à « l’imagisme » qui est « l’art de combiner des éléments visuels provenant de différentes sources, en particulier d’œuvres cinématographiques et de vidéogrammes, en vue de produire une création originale ». Ne connaissez-vous pas ses équivalents étrangers ? Veejaying, video jockeying, VJing…

néologisme

Bref, résumons : profitons, usons et abusons des technoloisirs (n.m. Ensemble des activités de loisir que peuvent pratiquer les particuliers à leur domicile, grâce aux applications techniques de l’électronique. Équivalent étranger : home entertainment), à coup de grosses machines, devant son cinédom, avant de se livrer à quelques séances d’imagisme pour les plus doués, voire d’empoigner sa cybercaméra pour ceux qui aiment être vus sur la toile. Pour se mettre à jour, on consultera le J.O. responsable de cette révolution linguistique, avant d'envisager quelques parties de call TV, pardon, de télé-tirelire

.