Collèges et écoles adhèrent aux technologies de l'information

Et hop ! 16
écoleLe ministre de l’Éducation nationale vient de consacrer l’ouverture d’un nouveau chantier dédié aux technologies de l'information et de la communication. « Nous avions craint pour les enfants les effets d'une fracture numérique. Aujourd'hui, près des trois quarts des foyers avec enfants sont équipés d'ordinateur » explique Gilles de Robien qui rappelle que sur le plan des contenus de l'enseignement, la maîtrise des nouvelles technologies de l’information est inscrite dans le socle commun de connaissances et de compétences, « au même titre que la maîtrise d'une langue étrangère ou que celle des principaux éléments des mathématiques ». Le ministre précise en outre que « le niveau exigible à la fin de la scolarité obligatoire correspond au Brevet informatique et internet, le « B2i » ».

Former est une chose, utiliser une autre : un plan de développement des technologies de l'information appliquées à l'éducation est donc organisé autour d’un triple pôle :

Le développement des espaces numériques de travail : l’ENT est une forme de bureau virtuel, où les élèves d’avoir accès aux cours, aux exercices de l’enseignant, mais encore au cahier de textes, via Internet. Ils offrent également aux parents la possibilité de consulter les résultats de leur enfant et suivre son parcours scolaire à la trace, ou encore d’obtenir des informations diverses (cantines, transports, etc.). Indirectement, l’objet permettra aussi le contrôle de l’activité de l’enseignant. À ce jour 300 000 élèves du secondaire utilisent les ENT, certains depuis plusieurs années. À l’avenir, ils vont se développer dans le primaire. En 2007, le livret scolaire électronique va lui se généraliser dans le secondaire, avec en premier lieu le « portfolio », partie du livret permettant de suivre et valider partout en Europe les compétences linguistiques de l’élève. En 2008, le livret sera étendu au primaire.

L'utilisation des TICE pour l'accompagnement scolaire : alors que le marché de l’accompagnement scolaire croît de 20% par an, on souhaite faire respecter l'égalité des chances en développant l'accompagnement via Internet. Un projet qui suppose que tous les élèves possèdent Internet et un ordinateur à la maison. Vont ainsi être développés des outils en ligne dans certaines ZEP (zones d’éducation prioritaire), mais encore pour tous via le CNED

Enfin, le projet repose sur la mise à disposition d'une clé USB pour chaque professeur qui sort de l'IUFM. Une mesure symbolique, mais on trouvera sur cette clé des outils pédagogiques afin d’inciter les futurs profs à utiliser l’outil informatique. « Cette clé contiendra des productions numériques validées au plan national, mais aussi les ressources de chaque académie. Le texte du socle commun fera naturellement partie de ce bagage numérique commun que recevront tous les jeunes professeurs, lors de leur première affectation. » Plus important, une formation sera en outre assurée, validée en fin d'IUFM.