Wikipedia reste « patient » face à la censure chinoise

La liberté d'expression, un déterminisme historique ? 20
Depuis plusieurs mois maintenant, l'encyclopédie libre Wikipedia n'est plus consultable à partir de la Chine. Le résultat d'une censure partie pour durer un bon moment, mais l'encyclopédie en ligne se veut patiente.

Le site entier est censuré par la Chine, qui interdit toute visite sur Wikipedia aux ordinateurs du territoire chinois. Un blocage total qui étonne le fondateur de l'encyclopédie en ligne, Jimmy Wales : « Le blocage de Wikipedia est une énorme erreur, cela me choque encore. C'est une simple erreur, ou une mésentente [...] 99 % du contenu de Wikipedia n'a absolument rien à voir avec la politique  » explique-t-il à Reuteurs.

Wikipedia logoMais en octobre dernier, malgré un très fort succès de l'encyclopédie en ligne dès son arrivée en Chine, le gouvernement chinois a bien bloqué l'accès au site pour tous les citoyens du pays. Wikipedia reste néanmoins toujours le seizième site le plus visité au monde, selon de récentes estimations d'Alexa. Il regroupe environ 5 millions d'articles en 229 langues, que chacun peut éditer librement. Très rapidement, le site est devenu le symbole d'une certaine démocratie intellectuelle propre aux internautes, rappelant les premiers objectifs de partage qui motivaient les prémices de l'Internet.

Mais « la patience est notre stratégie », explique Wales. Il cite en premier obstacle le fait qu'il est impossible de discuter avec les autorités compétentes chinoises pour l'instant, qui restent sourdes et muettes : « Nous ne savons pas qui contacter, ni comment les contacter » se plaint-il. Wales prévoit néanmoins plusieurs visites en Chine pour faire bouger les choses en rencontrant les responsables politiques sur leur terrain.

Selon lui, il faut « répéter encore et encore que nous pensons que cela est une simple erreur, et que la grande majorité de Wikipedia n'est pas sujette à controverse, et qu'il devrait être débloqué ». L'idée est que la nature même de Wikipedia s'oppose à une censure totale. Et d'ajouter : « Je ne sais pas si cette stratégie fonctionnera... »

Pendant ce temps, Baidu, le premier moteur de recherche chinois, a lancé une encyclopédie en ligne reprenant le principe de Wikipedia. Le moteur chinois a le privilège de ne pas être censuré totalement, certainement au prix d'un filtrage étroit des articles publiés.