RFID et Time Shifting bannis de la langue française

Vive les étiquettes radio et le décalage ! 107
rfidLa Commission Générale de Terminologie et de Néologie, organisme placé près du premier ministre et « clef de voûte du dispositirf d'enrichissement de la langue française » vient une nouvelle fois de se pencher sur les nouvelles technologies. Un secteur si vampirisé par les termes anglo-saxons : socket, fanless, mother board, n'y barbotent-ils pas en bonne entente avec spyware, spams, rippe, hard drive, chat, et autres du même acabit ?

L’attention des sages s’est cette fois portée sur les RFID et certaines fonctionnalités des lecteurs multimédias (voir la décision). L’expression RFID (Radio Frequency Identification) devra être bannie de la bouche de quiconque voudra manier la langue de Molière avec tact, justesse et droiture (voir les précédentes décisions, ici et ).

Les RFID Tag ou Radio Frequency Identification Tag seront boutés hors des frontières, au profit de « étiquette radio » ou « radio-étiquette », son synonyme. On a déjà une définition à apprendre par cœur : « Réémetteur permettant d'identifier et de suivre à distance la personne ou l'animal qui le porte, le véhicule ou l'objet sur lequel il est fixé ».

L’expression Radio Frequency Identification (et sa variante Identity) sera donc traduite par Radio-identification. Sa définition proposée est « Technique qui permet d'identifier des objets, des véhicules, des animaux ou des personnes au moyen d'un dispositif électronique transmettant par radiofréquence des informations préenregistrées à un lecteur qui l'interroge à faible distance ».

Dans le domaine du multimédia, on notera que les « Box » (pardon « boîte »), ou les magnétoscopes avec disque dur possèdent maintenant une fonction dite de « décalage ». L’équivalent étranger de time shift, ou time shifting est prié de retraverser l’Atlantique ou la Manche. Quant à la définition, la Commission Générale de Terminologie et de Néologie entend par décalage, une « fonction permettant à l’auditeur ou au téléspectateur de suspendre la réception d’un programme tout en l’enregistrant pour en reprendre ultérieurement le cours à son point d’interruption ». Jolie manière de recaler les errances de la langue.