Second rejet de la neutralité du Net aux USA

Au nom de la main invisible 42
Le comité du commerce, des sciences et des transports du Sénat américain vient de rejeter les amendements sur la neutralité du Net, proposés par les internautes et quelques puissants lobbies comme Google, Microsoft, ou encore eBay.

Le concept de neutralité du Net prend pour principe que les fournisseurs d'accès et les sociétés à la tête de l'infrastructure du réseau Internet ne doivent pas être en mesure de favoriser certains transferts face à d'autres. Une sorte de bande passante réservée et prioritaire, qui pourrait alors conduire à négliger les autres communications. Le risque serait alors de voir certaines puissantes sociétés s'allouer des priorités écrasantes sur les transferts réseau, moyennant paiement supplémentaire, tandis que les autres ne pourront que communiquer sur des débits résiduels, instables et plus lents.

Le problème est au centre du développement commercial et communautaire du réseau mondial. Certaines sociétés, totalement dépendantes de l'infrastructure du Net dont elles n'ont pas le contrôle, ont donc fait pression en faveur de la neutralité du Net. Ces dernières, (eBay, Microsoft, Google, Amazon et jusqu'aux associations de blogueurs) craignent de devoir bientôt payer un surplus pour s'assurer une certaine priorité sur le trafic global du réseau.

réseauLe vote du Sénat fut serré, 11 pour face à 11 contre, et les amendements sur la neutralité du Net ne sont finalement pas passés. Les partisans de la neutralité s'indignent, en expliquant que toutes les portes sont ouvertes aux discriminations dans les communications réseau. Ils invoquent notamment « la préservation de la démocratie numérique ».

Chez les républicains, globalement opposés au concept de neutralité du Net, on se base sur l'idée d'un développement ultralibéral du réseau. Selon eux, l'Internet s'est jusqu'à présent très bien développé sans aucune intervention de l'État, il est donc inutile de faire empiéter une loi dans le secteur. La « main invisible » du libéralisme suffirait donc à assurer l'équilibre du réseau et la baisse des prix grâce à la concurrence...

La question est cruciale pour l'avenir du Net, et l'industrie ne s'y est pas trompée. Ces amendements ont fait l'objet de millions de dollars de dépense dans le lobbying, tant de la part des partisans que des opposants, représentés en grande partie par... les détenteurs de l'infrastructure du réseau mondial.