Foxconn dément le scandale « iPod City », Apple enquête

Une Foxconnerie ? 78
Foxconn Electronics vient officiellement de démentir le scandale naissant de l' « iPod City ». Le Mail On Sunday, un journal anglais, avait dénoncé dans un article retentissant, les conditions de travail des ouvriers chinois chargés de fabriquer les iPod Nano d'Apple dans des locaux insalubres, en étant sous-payés.

Selon les déclarations de Foxconn (aussi appelé Hon Hai Precision Industry), le reportage du journal anglais serait une « attaque vicieuse » contre Apple et Foxconn. Un porte-parole de Foxconn précise que sa société se réserve le droit de poursuivre le journal anglais pour diffamation.

Le Mail On Sunday affirme que Foxconn fait travailler ses ouvriers dans des conditions proches de l'esclavage, 15 heures par jours pour seulement 50 dollars par mois. Selon le reportage et ses photos, les ouvriers seraient aussi entassés dans des dortoirs, dans des conditions contraires à la dignité humaine. 200 000 de ces ouvriers travailleraient ainsi dans une usine de Longhua.

Seulement Foxconn ne possède qu'un total de 160 000 employés, selon le porte-parole de la société (sans compter ceux de Foxconn International Holdings, branche de fabrication de téléphones PDA). De plus, la société a bien pour politique d'assurer à tous ses employés un salaire minimum de 101 dollars par mois.

L'article-choc du Mail On Sunday affirme que Foxconn possède aussi une usine du même type à Suzhou, mais il s'avère que Foxconn n'a pas d'usine à cet endroit de la Chine. Un porte-parole l'a confirmé le 16 juin dernier. D'après le DigiTimes maintenant, Quanta Computer et Inventec Appliances fabriquent les iPods Video d'Apple, tandis qu'Asustek s'occupe des iPod Shuffle, et possède d'ailleurs une usine à Suzhou.



iPod CityiPod City
L'usine de Foxconn située à Longhua, scandaleuse, selon le Mail On Sunday. Photo : Mail On Sunday

Asustek emploie 50 000 ouvriers dans son usine de Suzhou, mais affirme que tout y est aménagé pour assurer un cadre digne aux travailleurs. Chez Apple, le scandale déclenché par le Mail On Sunday a provoqué l'ouverture d'une enquête interne sur les conditions de travail des ouvriers qui produisent les engins de la Pomme.

« Apple est en train de s'assurer que les conditions de travail de nos chaînes de production sont sécurisées, que les travailleurs sont traités avec respect et dignité, et que les processus de fabrication sont en accord avec l'environnement » explique un porte-parole de la Pomme, Steve Dowling, qui ajoute : « Nous sommes en ce moment même en train d'enquêter sur les allégations concernant les conditions des usines d'iPod en Chine. Nous ne tolérons aucune violation du code de conduite que nous imposons à nos fournisseurs ». Un code de conduite mis en place par Apple en novembre dernier, sur la base des exigences de l'industrie électronique internationale en la matière.

« Le Ministère du Travail peut venir à tout moment vérifier les conditions de travail de nos usines » explique un autre porte-parole de Foxconn, qui dément aussi les informations du Mail On Sunday. Le salaire minimum imposé dans la région chinoise de Shenzhen est d'environ 100 dollars par mois pour 60 heures de travail par semaine.