La Chine bloque google.com

Retrocompatibilité assurée de la Grande Muraille 75
chineLes compromis réalisés par la société Google sur leur moteur n'ont manifestement pas donné satisfaction au gouvernement chinois : Reporter Sans Frontières a ainsi dénoncé le blocage effectif depuis une semaine du moteur de recherche américain, au profit de la version locale, passablement censurée. Pour RSF, c'est une preuve renouvelée « le club de ces entreprises occidentales qui se plient à la censure du Net en Chine ». Selon toute évidence, la version censurée du moteur, lancée en janvier 2006, était amenée à se substituer à celle plus répandue.

Alors que mardi, Sergei Brin, cofondateur de la société, avait reconnu que les impératifs dictés par le pays n'avaient pas tous été scrupuleusement respectés, il a tenu à justifier son acte : « Nous avons eu le sentiment que peut-être nous pourrions déroger à nos principes, mais, au final, apporter plus d'informations aux Chinois, fournir un service plus efficace et faire la différence. » Et de poursuivre : « Afin de travailler avec la Chine, nous avons retiré certains contenus des résultats obtenus sur Google, en application de la législation et de la réglementation chinoises. »

Cependant, une porte-parole, Cui Jin, précise : « Nous avons lancé une enquête, mais tant que nous n'aurons pas de plus amples informations, il serait irresponsable de notre part de commenter cet événement. » Pour sauvegarder les apparences, il faut bien sûr s'étonner de cette disparition. Avec une langue de bois, on met des échardes plein les postérieurs...

Sont visés, bien évidemment, les éléments touchant à l'histoire, et en particulier le massacre de la place Tiananmen, en juin 1989. Mais, comme le souligne le Figaro, pour Google, la Chine vaut bien une censure. L'organisation RSF se dit « écoeurée », considérant que « ce lancement marque un jour noir pour la liberté d’expression en Chine ». Et pourtant, tout cela ne surgit pas ex nihilo...

Or il faut de fait considérer l'aspect financier de la chose. Avec 100 millions d'internautes, le marché chinois, dans ce secteur, comme dans de nombreux autres, semble mériter quelques concessions, quitte à ce que ces dernières soient critiquées par les organismes de défense des droits de l'homme. Baidu.com démontre, s'il en était encore besoin, l'immensité de cette réussite : coté au Nasdaq, le moteur est devenu le plus populaire du pays. Évidemment, la concurrence n'est pas acharnée.

Course au profit, course à l'argent, une discipline émergente, bientôt présente aux Jeux Magot-lympiques ?