Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

La Chine bloque google.com

chineLes compromis réalisés par la société Google sur leur moteur n'ont manifestement pas donné satisfaction au gouvernement chinois : Reporter Sans Frontières a ainsi dénoncé le blocage effectif depuis une semaine du moteur de recherche américain, au profit de la version locale, passablement censurée. Pour RSF, c'est une preuve renouvelée « le club de ces entreprises occidentales qui se plient à la censure du Net en Chine ». Selon toute évidence, la version censurée du moteur, lancée en janvier 2006, était amenée à se substituer à celle plus répandue.

Alors que mardi, Sergei Brin, cofondateur de la société, avait reconnu que les impératifs dictés par le pays n'avaient pas tous été scrupuleusement respectés, il a tenu à justifier son acte : « Nous avons eu le sentiment que peut-être nous pourrions déroger à nos principes, mais, au final, apporter plus d'informations aux Chinois, fournir un service plus efficace et faire la différence. » Et de poursuivre : « Afin de travailler avec la Chine, nous avons retiré certains contenus des résultats obtenus sur Google, en application de la législation et de la réglementation chinoises. »

Cependant, une porte-parole, Cui Jin, précise : « Nous avons lancé une enquête, mais tant que nous n'aurons pas de plus amples informations, il serait irresponsable de notre part de commenter cet événement. » Pour sauvegarder les apparences, il faut bien sûr s'étonner de cette disparition. Avec une langue de bois, on met des échardes plein les postérieurs...

Sont visés, bien évidemment, les éléments touchant à l'histoire, et en particulier le massacre de la place Tiananmen, en juin 1989. Mais, comme le souligne le Figaro, pour Google, la Chine vaut bien une censure. L'organisation RSF se dit « écoeurée », considérant que « ce lancement marque un jour noir pour la liberté d’expression en Chine ». Et pourtant, tout cela ne surgit pas ex nihilo...

Or il faut de fait considérer l'aspect financier de la chose. Avec 100 millions d'internautes, le marché chinois, dans ce secteur, comme dans de nombreux autres, semble mériter quelques concessions, quitte à ce que ces dernières soient critiquées par les organismes de défense des droits de l'homme. Baidu.com démontre, s'il en était encore besoin, l'immensité de cette réussite : coté au Nasdaq, le moteur est devenu le plus populaire du pays. Évidemment, la concurrence n'est pas acharnée.

Course au profit, course à l'argent, une discipline émergente, bientôt présente aux Jeux Magot-lympiques ?
33 commentaires
Avatar de Sans intérêt Abonné
Avatar de Sans intérêtSans intérêt- 23/03/18 à 08:20:38

Sans lien avec l'affaire actuelle, j'ai procédé à la suppression, la réactivation, puis la désactivation de mon compte Facebook. Cela m'a appris quelques trucs étonnants.

D'abord, Facebook rend la suppression (un peu) plus difficile que la désactivation. De plus, la suppression semble effective de suite, mais ne l'est qu'au bout d'un mois. Enfin, quelle que soit la manière de fermer son compte, les interactions sur les murs tiers restent en place. Pour les retirer, il faut parcourir son historique et les supprimer une à une, ce qui prend un temps fou (pour l'avoir fait, je parle d'expérience). Et le faire, donc, avant la suppression de son compte.

Ensuite, comme le suggère l'article, en effet, il est difficile de faire effacer les données déjà collectées par des acteurs tiers.

Ceci dit, l'utilisation de Facebook pour se connecter à des comptes sur des services tiers doit nous rappeler que Facebook est en droit de supprimer ou de bloquer à sa seule initiative un compte utilisateur. Suite aux révélations dont il est pour beaucoup à l'origine, Christopher Wylie s'est vu son compte Facebook clôturé. S'il utilisait Facebook pour accéder à d'autres services, il n'y a plus accès. À méditer avant d'opter pour cette option.

Avatar de wanou2 Abonné
Avatar de wanou2wanou2- 23/03/18 à 08:36:57

A titre perso, je supprime mes commentaires, like de commentaires, partages, ... qui ont plus de 12 mois. C'est long, pénible mais ça évite que des choses un peu anciennes traînent.
Les seules choses que je maintiens ce sont les amis, les pages aimées (enfin celle qui mérite mon intérêt) et les photos partagées.

Avatar de Sans intérêt Abonné
Avatar de Sans intérêtSans intérêt- 23/03/18 à 08:53:20

Voici qui paraît être une démarche saine, et qui pourrait être automatisée. Ou du moins, l'accès à des données anciennes pourrait être davantage limité qu'actuellement, sur les réseaux sociaux, en particulier.

Avec un patronyme non commun, j'ai pris conscience que mes indiscrétions sur ma propre vie privée impactaient nécessairement mes proches. Habituellement sans conséquence. Parfois... qu'en sais-je ? L'exploitation de ces données se fait en dehors de notre contrôle, comme en témoigne le scandale Cambridge Analytica et son partenaire -- de fait -- Facebook.

Rappelons que lorsque des futurs parents partagent une échographie de leur enfant à naître sur un réseau social, c'est, de fait, le partage d'une donnée biométrique d'un individu avant même qu'il ne soit naît. Or, une telle information pourrait être utilisée par des tiers contre lui, par exemple lorsqu'un jour, un assureur lui refusera une assurance pour cause d'une condition préexistante, comme semblent parfois expliquer les assureurs américains à leurs clients.

Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 23/03/18 à 08:58:40

Je ne comprends pas où est le scandale : depuis le début, on sait que le modèle économique de Facebook, c'est de revendre les données personnelles des utilisateurs à des boîtes privées dans un but publicitaire. C'est exactement ce qui s'est passé avec Cambridge Analytica, ni plus, ni moins.

Alors certes, les gens n'avaient pas réalisé ce que ça impliquait et font semblant de découvrir aujourd'hui ce qu'impliquent les conditions d'utilisation de Facebook. Fallait y penser avant. Moi je ne suis pas sur Facebook, et je sais pourquoi.
  
D'ailleurs il me fait marrer le père Zuckerberg en prétendant que ça ne se reproduira plus : c'est le modèle économique de sa boîte. Bien sûr que ça se reproduira !

Avatar de Mihashi Abonné
Avatar de MihashiMihashi- 23/03/18 à 09:02:21

+1 :yes:

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 23/03/18 à 09:06:06

Facebook ne revend pas de données, ils permettent de les exploiter via leur service publicitaire. Sur le fond, le problème est le manque de régulation à ce niveau, et surtout le fait que des boites en abusent pour servir leurs intérêts. 

Comme dit, l'usage de Facebook ou d'un service en ligne (ou pas en ligne) ne devrait pas mettre l'utilisateur ou ses données en danger. Comme dit dans l'article d'hier, Facebook n'est d'ailleurs pas le seul à faire de la collecte massive. Ne pas aller sur Facebook te protège d'un danger potentiel, reste tous les autres.

Et croire que c'est en restant enfermé dans une grotte que l'on préservera les utilisateurs, c'est passer à côté des actions essentielles pour résoudre le problème dont il est question. Mais effectivement dire "Facebook ça pue, bouh, vous êtes nuls les gens"... c'est plus simple ;)

Avatar de Raknor INpactien
Avatar de RaknorRaknor- 23/03/18 à 09:16:20

Juste pour préciser

Côté FB, il y a un manquement de cloisonnement des données (surtout ceux des amis). Le principe du consentement portait sur les données de l'utilisateur, mais pas des amis (en fonction des permissions). Donc l'autre société a pompé les données des amis au passage sans donner leur consentement.
Au niveau 1 (l'utilisateur installeur) a donné son consentement à ce que l'autre société prenne ses données persos.
Au niveau 2, les amis non.
Sa mesure principale va être d'empêcher la collecte des données des amis. Ca ne change pas pour l'utilisateur installeur (ni le modèle économique de FB)

Jusqu'à récemment, l'utilisation des données personnelles semblaient percues comme limitée à l'économie (publicité ciblées). Personne ne songeait à ce que ces données soient utilisées dans un cadre sociétale et politique.
Ce qui semble être un scandale aujourd'hui n'est que la prise de conscience que les données personnels peuvent servir à manipuler.

Bizarrement, les gens tombent des nues.

Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 23/03/18 à 09:16:20

Je ne suis pas enfermé dans une grotte, puisque je suis sur NXI :langue:

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 23/03/18 à 09:24:13

Oui, mais on ne peut pas limiter la navigation internet à NXi ;)

Avatar de Viysire Abonné
Avatar de ViysireViysire- 23/03/18 à 09:44:08

Ca fait froid dans le dos.
Je ne me suis jamais inscrit sur Facebook et je ne risque pas de le faire

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4