Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Un complot américain contre le sans-fil chinois ?

WiFiUne agence chinoise vient d'accuser un groupe d'ingénieurs américains de conspiration contre son système de cryptage des communications sans fil. La Chine souhaitait un standard de chiffrement fait maison pour protéger tout type de réseaux sans fil, croyant offrir à ses entreprises une arme de compétition.

Le litige a commencé lorsque l'organisation suisse ISO (International Standards Organization) rejeta le système de cryptage chinois WAPI en mars dernier. L'ISO avait alors préféré la norme de chiffrement 802.11i, bien plus largement utilisée à travers le monde pour protéger les réseaux sans fil. Le China Broadband Wireless IP Standard Group, qui soutient le WAPI, passe donc aux accusations.

Le standard 802.11i a été mis au point par l'IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) un groupe d'ingénieurs américains, soupçonnés par la Chine d'avoir forcé le rejet du WAPI. L'ancien Empire demande à l'ISO d'annuler sa décision pour cause d' « activités contraires à l'éthique » au sein du groupe IEEE. Selon les plaignants, les concepteurs américains du 802.11i auraient comploté contre le WAPI, insultant la Chine, à force d'intimidations et de menaces directes.

Le China Broadband Wireless IP Standard Group affirme donc que les violations commises par l'IEEE sont cette fois sérieuses, contrevenant directement aux règles de décision du groupe ISO pour forcer une décision. Le groupe ISO affirme de son côté avoir ouvert une enquête sur le sujet.

L'année dernière déjà, le débat était âpre sur le sujet. La Chine souhaitait son WAPI pour régir les réseaux sans fil nationaux, mais les USA expliquaient que ce standard bloquerait alors tout simplement l'entrée des sociétés étrangères du secteur sur le marché chinois. Mais quoi qu'il en soit, la Chine affirme toujours supporter fermement son propre standard WAPI, et compte toujours l'utiliser pour régir les communications sans fil sur son propre territoire.
24 commentaires
Avatar de John Shaft Abonné
Avatar de John ShaftJohn Shaft- 07/02/18 à 10:58:44

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

La rapporteure a toutefois jugé, comme en commission, que cet amendement allait « trop loin » – notamment au regard des moyens dont dispose la gardienne des données personnelles. Le gouvernement s’y est également opposé, au motif qu’une telle extension « serait trop large et risquerait de noyer la CNIL sous des saisines multiples ». Il a ainsi été rejeté par les députés.

Ah. Et donner des moyens à la CNIL, c'est pas possible ?

(question rhétorique)

Avatar de Edrae Abonné
Avatar de EdraeEdrae- 07/02/18 à 11:27:14

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

C'est exactement ce que je me suis dit.
Au lieu de donner des moyens à l'Université, on limite son accès, au lieu de donner des moyens à la CNIL on limite ses possibilités de saisies et il y en a probablement d'autres.
Je propose qu'au lieu de donner des moyens aux militaires, on arrête de faire la guerre

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 07/02/18 à 11:32:07

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Un peu de transparence sur les ordres du jour ne peut pas faire de mal, dommage que cela soit si limité.

Dommage également que le processus de désignation des membres ne soit pas revu. Sur 18 membres, la majorité sont des personnes désignées par des politiques ou venant de la sphère politique:
4 = parlementaires,
2 = désignés par les Pds de l'Assemblée et du Sénat,
3 = Gouvernement,
2 = membres du Conseil économique,
puis enfin;
2 = cour des comptes,
2 = Conseil d'Etat,
2 = Cour de cassation,
1 = Par la CADA.

Si on regarde la formation restreinte, c'est à dire celle prenant les sanctions, si je me base sur la dernière décision notable, soit la délibération n°SAN-2018-001 du 8 janvier 2018 (sanction de DARTY), je note qu'elle a été prise à 4 (et non à 5 comme prévu par les textes sauf mauvaise compréhension) avec là encore une forte connotation politique des membres:

 On a deux membres nécessairement avec des affinités politiques:
. une membre du Conseil économique, social,
. un Président certes honoraires de la Cour des comptes, mais également ancien directeur du cabinet de Pierre Méhaignerie.

 Puis on a 1 membre non lié à la politique mais il y a un mais:
. un chercheur en Sciences Sociales notamment sur le NTIC, mais désigné par le Gouvernement.
 
In fine, seul le vice Président, ancien de la Cour de cassation, n'est pas lié directement ou indirectement au secteur politique.

Je trouve que pour une autorité qui se veut être une juridiction, ce n'est clairement pas satisfaisant.

Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

crocodudule a écrit :

[...]
Je trouve que pour une autorité qui se veut être une juridiction, ce n'est clairement pas satisfaisant.

La Cnil est une autorité administrative indépendante, ce n'est pas une autorité judiciaire. Elle est sensée faire un travail "technique", elle ne rend pas la Justice : dans les cas les plus grave, la Cnil peut faire appelle à l'autorité judiciaire et chacun peut contester les décisions de la Cnil.

« En cas d’atteinte grave et immédiate aux droits et libertés, le président de la CNIL peut demander, par référé, à la juridiction compétente, d’ordonner toute mesure nécessaire. Il peut également dénoncer au Procureur de la République les infractions à la législation dont il a connaissance. »
 https://www.cnil.fr/fr/les-missions

Édité par joma74fr le 07/02/2018 à 11:58
Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 07/02/18 à 11:56:51

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Au passage et évoquant à nouveau la sanction de la CNIL, on sait si DARTY a déposé un recours devant le Conseil d'Etat comme cela semblait se dessiner selon certains articles ? (Bon ils ont encore jusqu'au 8 mars, Xavier? tu es probablement mieux informé que nous ^^ )

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 07/02/18 à 12:03:13

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

joma74fr a écrit :

La Cnil est une autorité administrative indépendante, ce n'est pas une autorité judiciaire. Elle est sensé faire un travail "technique", elle ne rend pas la Justice : dans les cas les plus grave, la Cnil peut faire appelle à l'autorité judiciaire.

« En cas d’atteinte grave et immédiate aux droits et libertés, le président de la CNIL peut demander, par référé, à la juridiction compétente, d’ordonner toute mesure nécessaire. Il peut également dénoncer au Procureur de la République les infractions à la législation dont il a connaissance. »  [https://www.cnil.fr/fr/les-missions](https://www.cnil.fr/fr/les-missions)

Elle peut néanmoins prononcer des sanctions lourdes, et à ce titre celles-ci relèvent de la matière répressive (avant on disait matière pénale, qui englobe le pénal mais n'est PAS égale au droit pénal). C'est précisément pour cela que dans les années 90 (de mémoire sur la date), elle avait du se conformer aux principes élémentaires de la Convention européenne des droits de l'homme, devant distinguer (comme l'AMF à l'époque) organes de poursuites et de sanctions. Nous en sommes à critiquer depuis des années le manque d'indépendance du Parquet par rapport au pouvoir politique (et en particulier l'exécutif), ce n'est certainement pas pour reproduire les mêmes errements dans une autorité administrative indépendante.

Comme toute autorité de sanction, elle doit donc garantir les droits de la défense, l'indépendance de ses membres, l'impartialité au regard du dossier/personnalité traité(e), l'égalité des armes, s'appuyer sur le principe de légalité pour sanctionner etc...

S'agissant du texte que tu invoques, en réalité celui-ci ne fait que reproduire les dispositions de l'article 40 du CPP, et n'a rien de spécifique.
Édité par crocodudule le 07/02/2018 à 12:05
Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Dans une démocratie, il y a 3 pouvoirs séparés. Un autorité administrative indépendante n'a pas plus de pouvoirs qu'un procureur ou qu'un officier de police judiciaire.

Je disais juste que la Cnil ne rend pas la justice, ce n'est pas une juridiction. C'est tout.

Libre à toi de critiquer l'indépendance du parquet ou l'indépendance de la Cnil. Ce n'était pas l'objet de ma remarque.

Édité par joma74fr le 07/02/2018 à 12:49
Avatar de anagrys Abonné
Avatar de anagrysanagrys- 07/02/18 à 13:59:27

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

là c'est subtilement différent : on continue à faire la guerre, mais sans donner les moyens aux militaires non plus. Après tout, s'ils s'en sortent avec 3 bouts de scotch, une ficelle et une carabine à plombs on serait bêtes de payer plus !

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 07/02/18 à 14:01:51

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

joma74fr a écrit :

Dans
une démocratie, il y a 3 pouvoirs séparés. Un autorité administrative
indépendante n'a pas plus de pouvoirs qu'un procureur ou qu'un officier
de police judiciaire.

Je disais juste que la Cnil ne rend pas la justice, ce n'est pas une juridiction. C'est tout. Libre à toi de critiquer l'indépendance du parquet ou l'indépendance de la Cnil. Ce n'était pas l'objet de ma remarque.

Si mon commentaire est bien en réponse à ta remarque: la CNIL, ou plus exactement la formation restreinte de la CNIL, est bien une Juridiction: Conseil d'État  N° 311974  19 février 2008 ;
https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000018573269&fastReqId=286707310&fastPos=1

Je passe sur le fait que l'article le dit lui-même en citant la ministre.
 
C'est dingue d'illustrer à ce point l'objet de notre discussion d'hier avec OlivierJ sous une autre actualité et s'agissant du fait que certains ne veulent pas entendre les arguments de l'autre mais mordicus s'y opposer même s'il s'agit de dire une bêtise.

Édité par crocodudule le 07/02/2018 à 14:04
Avatar de numerid Abonné
Avatar de numeridnumerid- 07/02/18 à 15:01:09

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Solution trop simple et trop évidente...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3