Début d'une consultation publique sur le très haut débit

L’IDATE (Institut De l'Audiovisuel et des Télécommunications en Europe) vient de rendre sa copie sur la situation de la France en matière d'accès au très haut débit (voir le rapport, en PDF). Un travail qui lui avait été confié en septembre 2005 par le Ministre de l’Industrie. Il s’agissait encore de définir les options susceptibles d’être examinées pour un soutien des pouvoirs publics à ce déploiement.

Dans les grandes lignes de ce rapport, le cabinet d’étude note que « le bon fonctionnement du marché de l'Internet haut débit pourrait servir de tremplin à l'émergence d'un marché du très haut débit. » Une liaison bien normale sachant qu’outre mesure, « du côté de la demande, l'augmentation des débits semble inéluctable, avec les applications multimédias et la progression des consommations simultanées dans les foyers. »

fibre optiqueSelon l’IDATE encore, la France n'a pas pris de retard en termes de déploiement de réseaux très haut débit. Toutefois, pour conserver le rythme de croisière, toute politique de rigueur est à exclure : « Le déploiement du très haut débit sur le territoire nécessite des investissements considérables, sans commune mesure avec le haut débit actuel » note le ministre de l’industrie, collègue du ministre des Finances. L'IDATE chiffre l'investissement nécessaire à 10 milliards d'euros pour couvrir les 40% de la population des zones urbaines, auxquels s’ajoutent 30 milliards d'euros pour couvrir les 60% de la population extra urbaine.

Du coup, l’organisme recommande, entre autres, la mutualisation du réseau, un soutien étatique au développement industriel, que la concurrence soit facilitée, qu’on tire profit des progrès dans les technologies radio, moins chères en termes de génie civil.

En guise de réponse, François Loos insiste sur le fait que « un Français sur deux est internaute (c'est-à-dire s'est connecté à Internet au cours du dernier mois) », et un internaute sur deux a déjà fait des achats en ligne. En outre, plusieurs pôles de compétitivité oeuvrent dès à présent dans le très haut débit. Afin de profiter d’un maximum d’avis et accessoirement d’éviter tout solution financièrement hâtive, le ministère ouvre aujourd'hui et jusqu'au 31 mai 2006 une consultation publique sur le rapport final.

Cette consultation se fera sous forme d’un questionnaire et les réponses serviront de base à un futur plan d'action en faveur du déploiement du très haut débit en France.  Des questions aussi diverses que : Quelles évolutions sont susceptibles d’accroître la demande en très haut débit ? Quels sont les freins à l’adoption des nouveaux usages ? Comment les pouvoirs publics peuvent-ils stimuler la demande ? Quel devrait être le rôle des collectivités territoriales dans le développement du très haut débit ? etc.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !