Vista : pas de tenue de soirée pour les pirates

J'ai dit : baskets obligatoires ! 404
La lutte de Microsoft contre le piratage n’est pas une nouveauté en soi. La firme que l’on aime le plus haïr a renforcé ces dernières années ses moyens pour lutter contre ce qui représente nécessairement un manque à gagner plutôt énorme. Jusqu’à présent cependant, aucun des moyens mis en œuvre n’a réellement réussi, mais était-ce bien le but recherché ?

Les parts de marché de Windows sont dues en bonne partie, autant l’avouer, au piratage massif du système. Le phénomène, s’il n’a pas profité aux caisses du géant du logiciel, a largement bénéficié à la base installée de Windows. En retour, Microsoft peut compter sur des parts de marché intéressantes, surtout lorsque l’on voit les efforts développés pour stopper cette « hémorragie ».

Peu de choses ont été réellement faites avec les passages successifs des Service Pack 1 et 2, et l’éditeur s’est même retrouvé face à un cercle vicieux : en laissant courir le piratage, les parts de marché de Windows ont augmenté, mais les problèmes de sécurité ont touché également plus d’utilisateurs. Du coup, l’arrivée du Service Pack 2 par exemple ne pouvait pas être réservée aux utilisateurs enregistrés officiellement, car ignorer la masse importante de ceux qui n’avaient pas une vraie licence aurait particulièrement érodé l’image du système et de la société elle-même. Même chose en ce qui concerne les mises à jour : toutes celles concernant la sécurité sont disponibles automatiquement, que l’on soit enregistré ou non.


On ne connaît pas encore grand-chose des dispositifs qui seront mis en place pour palier au piratage avec l’arrivée de Vista. On sait par contre désormais que les possesseurs d’une copie illégale du système verront l’interface Aero désactivée. Rappelons qu’Aero est le nom donné à l’interface intégrant notamment une composition de l’image et une gestion complète de l’affichage par la carte graphique et non plus par le processeur central.

Puisque l’édition Home Basic sera dépourvue d’Aero, la mesure ne concerne en fait, du côté des particuliers, que les versions Home Premium et Ultimate. Pour rappel également, Aero réclame une carte DirectX 9 (pour la gestion des Pixel Shaders 2.0) disposant de 64 à 256Mo de mémoire, selon la résolution souhaitée (256Mo pour les résolutions supérieures à 1920 x 1200) et d’un pilote VDDM (selon le bon vouloir du constructeur).

Nous devrions en apprendre assez vite dans les mois qui viennent sur les autres mesures que Microsoft compte mettre en place pour décourager le piratage de son système.