Mandriva licencie son cofondateur

Un remake de Frankenstein 129
Gaël Duval a créé Mandrake en 1998, avec l’aide de plusieurs autres personnes. Cette distribution particulière de GNU/Linux était basée sur Red Hat et se destinait à ceux qui ne souhaitaient pas spécialement plonger dans la mécanique de Linux avec un système facile à installer et simple à utiliser.

Ces derniers temps, la vie de la société a été marquée par le rachat de la société Connectiva, transformant Mandrake en Mandriva. Les derniers chiffres présentés font état d’une santé plus que relative de la société après un grand nombre d’embauches fin 2005 et au début de cette année. En effet, le rachat de Connectiva n’a donné lieu à aucune suppression de poste, mais il semble que la société, dans les grandes lignes, vive au-dessus de ses moyens. Des divergences sur la conduite à tenir ont mené à une situation qui a abouti au licenciement de Gaël Duval par la société qu’il avait créée.

Gaël Duval occupait jusqu’à présent et depuis un certain temps la position de vice-président de la communication. L’année dernière, François Bancilhon, PDG de la société, demande à Duval de partir, ce qu’il refuse. Il accepte en outre de quitter son poste pour prendre la tête d’une section nouvelle de la société dévolue à améliorer le contact avec la communauté des utilisateurs, et donc à mieux faire connaître la distribution dans le monde de l’open source. Une question évidente d’image.

Duval a expliqué que lui et Bancilhon avaient des opinions assez divergentes sur la route que devait prendre la société. Si l’actuel PDG mérite un certain crédit pour avoir redressé la société depuis la situation très instable où elle se tenait, il ne bénéficie pas cependant d’une excellente image auprès de la communauté. Selon Duval, Bancilhon réfléchit exclusivement en termes de finances et oriente la société vers des solutions professionnelles. Duval, lui, souhaitait que Mandriva reste ce que pour quoi la distribution avait été créée : un système proche des utilisateurs et simple à utiliser.

Interrogé par NewsForge, François Bancilhon a expliqué que les derniers résultats de Mandriva n’étaient pas bons, et que certaines décision pénibles étaient à prendre. Il indique que Gaël Duval a beaucoup apporté à la société, mais qu’il représentait une partie de l’entreprise qui a dû être éliminée. En d’autres termes, les raisons économiques ont poussé Mandriva à licencier son créateur dans un plan global de réductions des coûts.

Interrogé également, Gaël Duval a exprimé des doutes sur le futur de la société, ne sachant pas vraiment où celle-ci se dirigeait actuellement. Il a également indiqué qu’il déposerait plainte pour licenciement abusif, tout en travaillant sur un nouveau projet nommé Ulteo, à propos duquel il indique : « Ce projet a été proposé à Mandriva mais il n’a pas été retenu. Mon but est de fournir une nouvelle manière d’utiliser un système d’exploitation, pour que les gens se concentrent sur son utilisation (et pas son entretien). » Il indique enfin également qu’il a reçu un grand nombre de messages de soutien de la communauté.