Tour d'horizon du Quad-SLI de NVIDIA, et précisions

NVIDIA nous a présenté son Quad-SLI de plus près, avec des configurations de luxe tournant autour de 5700 euros environ, écran exclu. La solution pour joueurs de l'extrême implique aussi l'achat d'un écran très haute résolution et de grande taille, comme le Dell 30 pouces, présent sur le stand de NVIDIA.

Le Quad-SLI est fait pour profiter des meilleures conditions de jeu possibles, de quoi permettre aux PC de conserver leur avance technologique sur les consoles de jeu, qui accèdent aux hautes résolutions depuis la Xbox 360 (720p), et avec la prochaine PS3 de Sony, qui pourrait monter en 1080p. NVIDIA aura donc démontré durant tout le CeBIT ses dernières prouesses technologiques, effectivement impressionnantes à tester. 

Le jeu FEAR est par exemple censé tourner à 60 images par seconde en 2560x1600, ce que NVIDIA appelle du X-HD, pour Extreme High Definition. Les Allemands n'auront en revanche pas eu droit à la démonstration de ce jeu, car les lois nationales sont très strictes en la matière : le jeu est trop violent, pas question de l'exhiber en plein CeBIT. Notez qu'il sera aussi possible de monter l'antialiasing en 32x avec une telle configuration...



La configuration type d'un Quad-SLI se compose de quatre cartes graphiques Geforce 7900 aux fréquences légèrement inférieures aux 7900GTX, solution de refroidissement sur un slot oblige. Il faut dire qu'avec quatre puces graphiques dernière génération, un total de 2 Go de mémoire graphique, et 96 pipelines de pixels, nul besoin de monter en fréquence. Le tout tourne sur une carte mère SLI 32x, répartie donc en deux ports PCI-Express 16x. Le processeur est un Athlon FX-60, ce qui se fait de mieux pour le jeu actuellement. NVIDIA admet que le CPU est encore à la traîne par rapport à la puissance graphique, mais il devrait amplement suffir pour les jeux actuels.





Le système SLI peu alors tourner en SFR de AFR, un mode spécial pour le Quad-SLI. Il consiste à couper une image en deux : chaque carte s'occupera d'une moitié de l'image, pour une image sur deux. Le mode SFR est aussi possible, chaque image est alors partagée en quatre parties, chacune prise en charge par une carte graphique.

Notez aussi que ces partages d'images se font dynamiquement en fonction de la complexité de chacune des parties à calculer, la machine calculant cette complexité pour chaque image, avant de la couper en parts égales en termes de calculs à effectuer. Cette anticipation dynamique se fait notamment en collaboration avec le chipset même de la carte mère.

Inutile de penser à assembler soi-même une telle machine. Les spécifications techniques et les certifications à effectuer entre NVIDIA et les autres constructeurs, notamment pour ce qui est de l'alimentation, sont trop strictes pour prendre ce risque. On pourra donc se fournir en Quad-SLI uniquement en achetant une machine toute faite, pré-assemblée. Ainsi, en France, LDLC propose une tel monstre, aux USA, c'est Dell, en Angleterre ce sera Scan, etc.









Ce système Foxconn, par exemple, n'est donc pour l'instant là que pour faire joli sur le stand de la marque au CeBIT.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !