DADVSI : quelles retombées pour Apple ?

DADVSIVoici l’une des conséquences les plus « amusantes » de la loi DADVSI. La licence globale et l’interdiction de contourner les mesures de protections électroniques ont probablement focalisé l’attention sur certains points du texte au détriment d’autres passages tous plus intéressants les uns que les autres.

L’un de ces passages stipule en effet que les consommateurs, quels qu’ils soient, pourront contourner une protection pour convertir un format de fichier vers un autre. Cette possibilité ne s’applique que dans le cadre d’un format fermé imposé par une boutique en ligne par exemple, pour que la musique soit utilisable avec n’importe quel baladeur. La boutique en ligne est un exemple, mais la règle serait générale.

Ce point très particulier de la loi serait destiné à forcer l’ouverture des systèmes propriétaires, et il est évident que le premier venu sur la liste de ces systèmes est sans aucun doute Apple avec son iTunes. La situation deviendrait à coup sûr tendue et l’on ne sait pas si cette loi aurait une obligation de résultats ou une obligation de moyens. C’est une situation paradoxale, car la conversion vers des formats de fichiers plus ouverts entraînerait forcément une plus grande facilité de passage entre iTunes et les logiciels de P2P.

L’histoire ne manque pas de piquant car la DADVSI se veut avant tout une loi pour lutter à la fois contre le piratage et pour encourager la croissance de la vente de musique en ligne, qui connaît déjà une augmentation gigantesque de sa croissance. L’un des points abordés en France au sujet de la croissance de ces ventes concerne l’expérience utilisateur. Or, celle-ci n’est pas nécessairement à son meilleur niveau avec le cloisonnement actuel des offres.

On se rappellera ainsi les propos tenus par le directeur de Yahoo Music, Dave Goldberg, qui expliquait que la phase suivante de l’histoire de la musique en ligne passerait par la recherche du confort du consommateur. La possibilité de télécharger sa musique où bon nous semble, en gardant toujours la possibilité de transférer ces musiques vers le baladeur de son choix : une situation utopique pour le moment.

Pour autant, si une telle loi devait être mise en application, il se pourrait finalement qu’Apple choisisse de fermer les portes d’iTunes en France.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !