du 27 mai 2020
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

228 545 signalements adressés à PHAROS en 2019

La Plate-forme d'Harmonisation, d'Analyse, de Recoupement et d'Orientation des Signalements compte aujourd'hui 28 enquêteurs (policiers et gendarmes), chiffre l’Intérieur dans une réponse parlementaire. Au sein de l'office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC), PHAROS exploite internet-signalement.gouv.fr qui permet à quiconque de signaler des contenus illicites en ligne. 

Une cellule composée de six enquêteurs des questions terroristes, en ayant aux manettes, la procédure administrative de retrait, blocage et déréférencement des sites internet à caractère terroriste. six autres enquêteurs ont intégré une cellule spécialisée en matière de droit de la presse et de discriminations.

« En 2019, le nombre total de signalements recueillis par PHAROS a été de 228 545. Ce nombre, en augmentation régulière depuis 2009 (52 219 signalements en 2009), prouve que le dispositif est clairement identifié par les internautes » assure le ministère. De 4 à 6 500 signalements concernent les contenus terroristes, bien loin des pics de 20015 et 2016 (31 302 et 11 411 signalements d'internautes) et les 1 675 de 2014. Depuis, le volume oscille entre 4 500 et 6 500 par an. 

« Le nombre d'url détectées, tant par la veille de PHAROS que par ses partenaires, décroît également : 12 100 demandes de retrait en 2018 contre 5 937 en 2019, 51 demandes de blocage en 2018 contre 23 en 2019, 4 877 demandes de déréférencement en 2018 contre 1 910 en 2019 ». 

L’intérieur rappelle aussi qu’un projet de règlement en cours de discussion au Parlement européen, a pour objectif de demander aux intermédiaires techniques « de retirer en 1 heure les contenus terroristes, sous peine d'amende ». Sur le plan national, le projet de loi contre la haine en ligne n’a pas attendu la fin de ces travaux.

Suite à un amendement gouvernemental, réseaux sociaux et moteurs doivent assurer ce retrait dans le même délai, après notification. Une mesure qui concerne également les contenus pédopornographiques. Le sujet fait partie des dispositions attaquées devant le Conseil constitutionnel, qui rendra sa décision dans les semaines à venir. Les requérants estiment le délai beaucoup trop court et bien trop généraliste, puisque s’appliquant à tous les acteurs, petits ou grands. 

La tribune du PDG demandant le report des enchères de la 5G à fin 2020 ou début 2021 continue de faire parler d’elle. Après Sébastien Soriano qui s’étonne de n’avoir eu aucune demande de Bouygues, c’est au tour de la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances de donner son point de vue.

« On va regarder ça de très près mais je ne suis pas totalement convaincue par les arguments qui sont déployés », explique Agnès Pannier-Runacher sur BFM Business. « Faisons attention à ne pas prendre du retard (sur la 5G) et à ne pas se retrouver dans la situation qu’on a déjà vécue plusieurs fois en France où on va être plus intelligents que tout le monde et à la fin on est plutôt en retard sur le reste de la compétition » ajoute-t-elle.

5G : Agnès Pannier-Runacher « pas totalement convaincue par les arguments » de Martin Bouygues

Ce « BlackFriday à la française » a été lancé pour la première fois début 2018, c’est donc la troisième édition cette année. Elle a été décalée de quelques semaines en raison de la crise sanitaire et des mesures de confinement. 

Elle est suivie par six revendeurs : Boulanger, Cdiscount, Fnac Darty, La Redoute, Rue du Commerce et Showroomprivé. D’autres peuvent évidemment se joindre à l’événement, qui se terminera le 2 juin.

Il ne s’agit pour rappel pas de soldes – qui devraient finalement se dérouler mi-juillet - il ne peut donc pas y avoir de revente à perte. L’été et la rentrée promettent d‘être chargés puisqu’Amazon devrait aussi repousser son Prime Days à septembre. 

Les French Days 2020, c’est parti !

Le POTUS a ainsi déclaré pendant la nuit que le service de micro-blogging « interfère désormais avec les élections présidentielles de 2020 », avant de se réjouir du licenciement de 20 % de la masse salariale du magazine The Atlantic.

En cause, une mention sous deux de ses tweets, invitant les utilisateurs à se renseigner au sujet des votes par voie postale, source de fraude massive à venir pour Trump. Ce que conteste plusieurs médias américains s'étant penchés sur le sujet.

Et c'est là que le bât blesse pour le locataire de la Maison blanche : les sources évoquées sont « Fake News CNN et le Amazon Washington Post ». Ainsi, Twitter « étouffe » la liberté d'expression et « en tant que président, je ne laisserai pas ça se produire », ambiance !

Si cette initiative de Twitter se répand, elle impactera sans doute la classe politique de manière importante, même en France. Car Donald Trump n'est pas le seul à multiplier les affirmations à l'emporte-pièces en ligne, sans fondement. 

Twitter mentionne des tweets politiques comme mensonger, et commençant par Donald Trump… qui s'en indigne
Altice France change de DRH

La nouvelle a été annoncée aux salariés du groupe par Grégory Rabuel hier soir : Florence Cauvet, Directrice exécutive Ressources humaines, est sur le départ, six ans après son entrée dans le groupe, en 2014. 

Venue d'Areva, elle était alors nommée Directrice des affaires sociales. SFR venait de se payer Numéricable. Elle a donc vécu les premières réorganisations du groupe, notamment le fameux « New deal ». C'est d'ailleurs en 2016, qu'elle était promue à son poste actuel à l'arrivée de Michel Combes remplacé depuis par Alain Weill.

Rabuel évoque « son souci du dialogue social constructif, dans un mode participatif avec les équipes opérationnelles, [elle] a modernisé la fonction RH au sein de l’entreprise avec notamment le lancement de plusieurs programmes comme « Carrières au féminin », l’université des métiers de l’entreprise « La Fabrique » et la relance de la marque employeur ».

Elle est remplacée par Fabienne Glatt-Quintana, arrivée dans le groupe en 1999, actuellement Directrice de la Gestion des risques et obligations légales au Secrétariat général. Cette dernière dispose d'une « longue expérience en matière de ressources humaines », au sein de SFR Distribution, puis du Corporate B2C et fonction support au passage à Altice France.

Elle a d'ailleurs eu la charge du Plan de continuité d’activité de l’entreprise ces dernières semaines. Sa tâche ne sera pas simple, puisqu'elle devrait commencer avec la « cure minceur » annoncée la semaine dernière, dont un plan de départ volontaires, qui fait d'ailleurs suite à un recours important au chômage partiel, financé par l'état. 

Désormais, les utilisateurs de l'interface QTS (4.4.1+) peuvent ouvrir un fichier compatible dans ce service via un simple clic droit, une option dédiée étant proposée.

Il faudra pour cela que le NAS soit correctement configuré. De quoi « éviter une procédure complexe et chronophage, consistant à télécharger, éditer et réenvoyer le fichier » précise le constructeur dans un communiqué.

C'est surtout une manière de s'éviter le développement d'une solution complète, comme l'a fait Synology avec sa suite Drive, tout en s'associant avec un des plus gros éditeurs au monde. 

Asustor a de son côté misé plutôt sur OnlyOffice, facilitant son installation et son utilisation en l'intégrant au sein de sa boutique applicative, comme d'autres outils compatibles tels que NextCloud.

Microsoft et QNAP s'associent autour d'Office en ligne

C'est ce qu'a annoncé Bruno Lemaire à ses différents interlocuteurs en début de semaine, la date définitive devant être officialisée demain par le premier ministre.

Un décalage de près d'un mois par rapport au calendrier initial, qui prévoyait un lancement le 24 juin. Cela confirme les informations que nous avions évoqué en fin de semaine dernière.

On note d'ailleurs que cette décision intervient alors que les « French Days » commencent chez certains revendeurs en ligne, Amazon ayant pour sa part reporté son Amazon Prime Day à septembre.

Pour rappel, il s'agit de « périodes commerciales » n'ayant rien de spécial, puisque les reventes à perte n'y sont pas autorisées, contrairement aux périodes de soldes réglementées.

L'ouverture des soldes sera bien reportée à mi-juillet

Le réseau social annonce la couleur dès le début de son billet de blog : Novi est simplement « le nouveau nom et marque du portefeuille numérique qui permet aux gens d’envoyer et conserver de la cryptomonnaie Libra ».

Une nouvelle identité qui ne remet pas en cause les objectifs à long terme, affirme Facebook. Un site dédié a été mis en ligne. Il ne permet pas de télécharger l’application pour le moment, mais vous pouvez vous inscrire pour être tenu informé. « Nous espérons présenter une première version de Novi lorsque Libra sera disponible », indique la société. 

Depuis son annonce en juin 2019, la cryptomonnaie a connu d’importantes défections dans ses rangs et des attaques/inquiétudes de la part de plusieurs élus/banques centrales. « Je ne comprends pas comment ça marche », avait même affirmé le directeur général de MasterCard en février dernier.

Le lancement de Libra était prévu pour juin 2020, mais Facebook a déjà annoncé qu’un report était envisagé, le temps notamment de rassurer les différentes parties et de procéder à des changements si besoin.

Cryptomonnaie Libra : le portefeuille Calibra de Facebook est mort, vive Novi
CNRS : « Ce que l'on sait (ou non) de la circulation du virus dans l'air »

C’est un sujet d’actualité avec la pandémie dûe au virus SARS-CoV-2. Dans son Journal, le CNRS interviewe le physicien et chimiste Jean-François Doussin afin de livrer « un état des lieux des connaissances sur la propagation du virus dans l’air ».

Il revient notamment sur une « étude » rédigée par 12 universitaires italiens : « Les auteurs de ce document, qui ne sont pas des spécialistes de la pollution atmosphérique, y affirment que les concentrations élevées de particules fines dans le nord de la Péninsule, une vallée très industrielle donc très polluée, ont pu favoriser la propagation du coronavirus dans le Piémont, en Lombardie, en Vénétie et en Émilie-Romagne ».

Problème : « Bien que cette étude ne réponde pas aux critères qui garantissent la validité des résultats scientifiques (elle n’a pas été évaluée par des pairs), et malgré l’appel à la prudence lancé par la Societa Italiana di Aerosol […] et relayé dans l’Hexagone par Actris-France […], la thèse défendue par les chercheurs italiens a jeté le trouble et reçu un écho retentissant ».

La suite ne surprendra pas grand monde : « De grands journaux nationaux et internationaux l’ont reprise, présentée comme acquise, et ont même parlé des particules fines comme d’une "autoroute pour le coronavirus". Cette thèse s’est propagée sur les réseaux sociaux sachant que les mauvaises nouvelles circulent plus vite que les bonnes… ».

Une situation qui arrive malheureusement bien trop souvent, certains cédant à la facilité ou au clickbait en relayant à tout va des publications (« Selon une étude, … »). 

Dans le reste de l'interview, il évoque les risques et la manière dont peut se propager le virus, mais aussi la frustration de la population face à l’incertitude des scientifiques. Par exemple, dire « Pour l’instant, nous ne savons pas. Nous saurons peut-être un jour, mais impossible de dire quand » n’est pas, selon Doussin « un discours fiable », c’est « une éthique ».

Initialement prévue pour avril, cette mise à jour devrait donc arriver en ce mois de mai. Neowin se fait l’écho de plusieurs indices pointant vers une publication rapide : la mise en ligne des pages « release information » et « resolved issues pages ».

Windows 10 2004 (20H1) : la diffusion serait imminente

Du fait de la crise sanitaire mondiale, les annulations d’événements s'enchaînent au fil des semaines. C’est désormais au tour de Blizzard de confirmer que la BlizzCon 2020 n’aura pas lieu… « Mais nous nous reverrons ! », affirme l’éditeur.

Un événement en ligne pourrait prendre le relais, mais le temps de l’organiser il faudra probablement attendre le début de l’année prochaine.

Au tour de la BlizzCon 2020 d’être annulée, Blizzard évoque un événement en ligne début 2021

Le fabricant dispose depuis deux ans d’une boutique virtuelle en France. Elle vient de s’enrichir avec de nouvelles références.

Les Mi TV LED 4A 32", 4S 43", S4 55" et 4S 65" sont ainsi affichées entre 199 et 699 euros. Les précommandes débuteront le 19 juin, avec des offres promotionnelles (remises de 50 ou 150 euros) pour l’occasion.

Le vélo pliable avec assistance électrique Mi Smart Electric Folding Bike est également présent dans la boutique, pour 999 euros. Il est par contre indiqué comme étant « en rupture de stock » pour le moment. 

Xiaomi : les télévisions Mi LED et le Mi Smart Electric Folding Bike débarquent en France
Coronavirus : à l'appel de la Commission, les plateformes suppriment des millions de publicités trompeuses

Un contrôle a été effectué ces dernières semaines par les autorités de protection des consommateurs des 27 pays, explique la Commission européenne. Il était orienté sur les offres de masques de protection, de gels désinfectants, de kits de test ainsi que sur les aliments, compléments alimentaires ou autres, soi-disant capables de lutter contre le coronavirus.

Sur 268 sites web sélectionnés, 206 ont fait l'objet d'un signalement en vue d'une enquête plus approfondie pour des infractions potentielles au droit de la consommation de l'UE. Parmi eux, 88 contenaient des produits alléguant des effets curatifs ou préventifs présumés contre le coronavirus, 30 contenaient des allégations inexactes sur la rareté des produits et 24 sont soupçonnés de pratiques déloyales pour obtenir des prix excessifs. De plus, 58 sites ne mentionnaient pas l'identité du vendeur, 62 son adresse, et 58 autres de moyens de le contacter.

« Dans l'ensemble, le 'screening' a montré que les contacts en cours entre la Commission et les principales plateformes en ligne portent leurs fruits », selon le commissaire Didier Reynders, en charge de la protection des consommateurs. Il cite Google qui a bloqué ou supprimé plus de 80 millions d'annonces liées aux coronavirus dans le monde, eBay qui a bloqué ou supprimé plus de 17 millions d'annonces qui violent les règles de consommation de l'UE, et Amazon qui a observé en un mois une baisse de 77% du nombre hebdomadaire de nouvelles listes de produits liés aux coronavirus.

Le géant Chinois l’a annoncé officiellement mardi, comme le rapporte Reuters. Les investissements colossaux toucheront bien d’autres domaines comme « la blockchain, les serveurs, les grands centres de données et supercalculateurs, les systèmes d’exploitation pour les objets connectés, les réseaux 5G et l’informatique quantique », précisent nos confrères qui se basent sur des déclarations de Dowson Tong, premier vice-président exécutif de Tencent.

Cette annonce arrive quelques semaines après celle d’Alibaba, qui va investir 26 milliards d’euros dans ses infrastructures sur trois ans.

Cloud, IA et cybersécurité : Tencent va investir 64 milliards d’euros sur 5 ans dans ses infrastructures

De tels outils sont nombreux, mais le géant américain mise sur un résultat graphique et détaillé, à l'opposé du simpliste Fast.com de Netflix.

On peut ainsi voir via quel serveur sont effectué les tests, l'évolution des relevés pour différentes tailles de fichiers, le niveau de latence et de gigue, etc. 

Le tout est open source, CloudFlare en profitant pour vanter son offre d'hébergement serverless, les Workers, et l'outil qui leur est associé : Wrangler

La page ne contient pas de publicité. Concernant les données des relevés, elles sont anonymisées, l'entreprise rappelant qu'elle ne vit pas de leur revente ou de la publicité. Elles sont néanmoins utilisées « pour déterminer comment améliorer notre réseau ». 

CloudFlare propose un test plutôt complet de votre connexion internet
Altice France multiplie les redressement fiscaux, notamment pour sa remise de couplage via SFR Presse

En avril 2016, nous révélions que derrière l'annonce du service SFR Presse se cachait un calcul de la TVA au profit de l'opérateur, avec un gain pouvant aller jusqu'à près de 3 euros par client et par mois. Il menait même parfois à des taux… négatifs.

Pour rappel, et contrairement à ce qui a beaucoup été affirmé, la TVA réduite (2,1 %) sur la presse n'était pas en cause. Mais bien le fait que SFR rendait son service « gratuit » à travers une « remise de couplage » qui se voyait en bonne partie appliquer un taux de 20 %, l'entreprise considérant qu'il s'agissait d'une réduction d'abord sur l'abonnement.

De quoi garder le même prix TTC en réduisant la TVA de manière importante, SFR Presse ayant été activé de force pour la grande majorité des abonnés. Lors d'une analyse complète de la grille tarifaire de l'opérateur, nous avions relevé un taux de TVA moyen de 14 %.

Courant 2018, Bercy sonnait la fin de la partie à travers le projet de loi de finances (PLF) qui changeait les règles en la matière. SFR avait alors dû s'adapter, comme tous ceux qui lui avait emboîté le pas d'une manière ou d'une autre.

C'est sans doute ce qui mène au désengagement actuel d'Altice dans la presse écrite, ne pouvant plus l'utiliser pour de telles mécaniques. Ainsi, L'Express et Libération ont quitté le groupe, SFR Presse suit le mouvement.

Dans Capital, notre confrère Jamal Henni nous apprend que les redressements fiscaux initiés à l'époque portent désormais leurs fruits. Ils ne concernent d'ailleurs pas que la remise de couplage, mais aussi de nombreuses autres taxes, pour un total de 451 millions d'euros. 

Si le détail n'est pas connu, Altice France s'est ainsi « vu notifier l’an dernier un total de 245 millions d’euros de nouveaux redressements fiscaux ». Et ce n'est pas fini ?

À l'occasion de la BUILD 2020, mais aussi des 5 ans de son IDE multiplateformes, l'éditeur a publié une vidéo de 30 minutes sur Channel 9, où l'on retrouve Erich Gamma.

Ce développeur suisse de 59 ans, expert Java ayant contribué à de nombreux outils, est également connu pour être l'un des Gang of Four (GoF) pour avoir participé à l'écriture de  Design Patterns : Elements of Reusable Object-Oriented Software.

Mais il a surtout rejoint l'équipe Visual Studio il y a une dizaine d'année pour travailler sur Monaco, menant à la création de nombreux services actuels, dont Visual Studio Code. Un projet qu'il évoque avec deux responsables marketing de l'entreprise.

Microsoft revient sur l'histoire de Visual Studio Code

Hacking Team, célèbre pour avoir été la première entreprise (italienne) commercialisant un logiciel espion à destination des services de police et de renseignement, est « définitivement morte », écrit Vice. 

L'avis de décès a été publié par David Vincenzetti sur LinkedIn. Il y précise qu'il n'a pas envie d'en dire plus, qu'il ne répondra à aucune question, et qu'il n'utilise plus LinkedIn non plus. 

Créée en 2003, Hacking Team comptait des clients dans 41 pays en 2015, quand Phineas Fisher, pseudo d'un hacktiviste, avait piraté ses serveurs et révélé que plusieurs d'entre eux ne respectaient pas les droits de l'homme.

L'entreprise, rachetée en 2019 et renommée Memento Labs, n'avait jamais réussi à s'en relever.

Hacking Team est « définitivement morte »
Livres du domaine public : le Projet Gutenberg bloqué en Italie

Le site, qui offre en téléchargement des milliers de livres élevés dans le domaine public, selon les règles américaines, est bloqué en Italie. Une décision prise par les autorités italiennes, qui ont d’ailleurs adressé une ordonnance de déréférencement à Google, mise en ligne sur la base Lumen des requêtes de ce type. 

L’équipe du projet n’a pas d’explication particulière à fournir, n’ayant aucun représentant dans ce pays. Selon les commentaires sous son tweet, les fournisseurs d’accès auraient mis en œuvre un blocage par DNS. Toujours sur Twitter, Julia Reda, ex-députée du Parti pirate, estime que cette décision témoigne des problèmes de durées de protection des droits d'auteur « incohérentes et beaucoup trop longues ».

En pratique, « par mesure de précaution, les sites Web accessibles à l'échelle internationale doivent géobloquer ou se conformer aux lois nationales sur le droit d'auteur les plus strictes au monde pour être sûrs ». Pour le juriste Andrea Monti, qui consacre un billet sur le sujet, une alternative : soit les autorités savent ce qu’elles font, soit elles se sont trompées en ayant assimilé le projet à un vulgaire site pirate. 

En 2018, toujours suite à un conflit de lois sur la durée de protection des droits d’auteur, le Projet Gutenberg, sous la menace de lourdes sanctions, avait alors préféré interdire le téléchargement des ebooks en Allemagne. 

En 2003, le site « Classiques des sciences sociales » (classiques.uqac.ca) avait lui subi la gronde des Presses Universitaires de France, là encore suite à un différend sur la durée de protection : 50 ans après la mort de l’auteur outre-Atlantique, 70 ans de ce côté de l’océan. 

Cette brèche a été découverte par des chercheurs de Promon, société spécialisée dans la protection de logiciel. Elle avait déjà dévoilé StrandHogg il y a six mois, cette v2 étant présentée comme un « jumeau maléfique ».

Elle concerne Android 9 et les versions précédentes (Android 10 n’est pas touchée), est classée comme critique par Google et les chercheurs expliquent qu’elle permet une « élévation des privilèges permettant aux pirates d'accéder à presque toutes les applications ». Une vidéo de démonstration a été mise en ligne.

Une fois une application infectée installée, les attaquants peuvent, selon les chercheurs, « accéder aux SMS et aux des photos, voler les identifiants de connexion des victimes, suivre les mouvements GPS, établir et/ou enregistrer des conversations téléphoniques, espionner via la caméra et le microphone d'un téléphone ».

Prévenu en amont, Google propose un correctif pour Android 8 et 9 dans son bulletin de sécurité mensuel de mai… encore faut-il que les fabricants le proposent à leurs clients ; c’est toujours le même souci avec Android.

StrandHogg 2.0 : une importante faille sur Android 9.0 et antérieures, Google a déployé un correctif

À partir du 6 juillet – si les conditions le permettent – la société prévoit de commencer un retour au bureau pour le personnel qui ont en besoin et, dans la limite des places disponibles, pour ceux qui souhaiteraient le faire.

Un système de rotation sera mis en place pour arriver à environ 10 % d’occupation des bâtiments. Ce taux grimpera à 30 % en septembre, sous réserve de l’évolution de la crise sanitaire évidemment.

Pour ceux dont la présence n’est pas nécessaire, « le retour au bureau sera volontaire jusqu'à la fin de l'année, et nous vous encourageons à continuer de travailler à domicile si vous le pouvez ».

« Parce que nous prévoyons toujours que la plupart des employés travailleront en grande partie à domicile pour le reste de cette année. Nous octroierons à chaque Googler une allocation de 1 000 dollars, ou une valeur équivalente dans leurs pays, pour acheter l'équipement et le mobilier de bureau nécessaires ».

Télétravail : Google annonce une allocation de 1 000 dollars d'équipement pour ses employés

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.