iOS 14 : parmi les nombreuses nouveautés, une révision profonde de l’écran d’accueil

Profonde, mais optionnelle 30
image dediée
OS DOSSIER
Vincent Hermann

Annoncé lors de la WWDC en juin, iOS 14 sera disponible au début de l’automne avec une très longue liste de nouveautés. Une mouture bien plus riche en apports qu’iOS 13, qui se concentrait sur les performances. Voici ce qu’il faut en attendre.

Après deux bêtas réservées aux développeurs, iOS 14 peut être testé par tous depuis peu. Une bonne occasion de faire le point sur la très longue liste de nouveautés présentes, après une version 13 beaucoup plus calme sur ce point.

La compatibilité des appareils est d’ailleurs la même. Tout appareil fonctionnant aujourd’hui sur iOS 13 pourra installer iOS 14 à sa sortie, au début de l’automne. En voici la liste :

  • iPhone 6s, SE, 7, 8, X, XR, XS et 11
  • iPod Touch de 7e génération
  • iPad 5,6 et 7, mini 4 et 5, Air 2 et 3, ainsi que tous les iPad Pro

Il en est de même pour l'accès à la bêta publique. À ce sujet, il faut d’ailleurs répéter l’avertissement habituel : une bêta n’est pas un simple jouet, surtout quand il s’agit d’un système d’exploitation. Il est inachevé, peut comporter des bugs, drainer plus de batterie et surtout être vecteur d’incompatibilités avec les applications tierces.

Même si cette première cette version de test est nettement plus fiable qu’iOS 13 en son temps, la prudence reste donc de mise. C’est d’autant plus vrai que le processus d’installation est extrêmement simple. Au point qu’on en oublierait presque que l’opération est loin d’être anodine. A minima, il est important de réaliser une sauvegarde complète de l’appareil, afin de pouvoir revenir à une version stable si besoin, sans perdre de données.

D’autres navigateurs et clients email par défaut

C’est l’une des grandes nouveautés d’iOS 14, à peine indiquée sur une diapositive pendant la WWDC. Et celle que l’on cherche partout dans le système sans trouver : oui il sera possible de changer Safari et Mail pour Firefox et Outlook par exemple, mais l’option n’est pas encore disponible. On ne peut donc pas en vérifier le fonctionnement pour le moment.

Même si les navigateurs tiers n’ont toujours pas le droit d’amener leur propre moteur de rendu et doivent donc se contenter de WebKit, le changement reste de taille, car ils transportent avec eux leur galaxie de fonctions et services. Le réglage sera d’autant plus bienvenu qu’à l’inverse de Safari, les concurrents peuvent synchroniser leurs données avec des versions prévues pour d’autres systèmes, évitant par exemple de copier un lien pour le coller dans son navigateur préféré.

Une évolution d'autant plus importante pour Apple que l'entreprise est, comme d'autres plateformes, sous l'attention des institutions et régulateurs, tant aux États-Unis qu'en Europe. Il était donc temps de lâcher du lest.

Pour être compatibles, les navigateurs et clients email devront remplir une série de critères, exposés récemment par Apple dans un document. Un navigateur devra par exemple gérer les liens HTTP et HTTPS, emmener directement un utilisateur à l'adresse sélectionnée depuis une autre application, ou encore s'ouvrir sur un champ de saisie ou une sélection de favoris. Les clients emails doivent pouvoir échanger des courriers avec n'importe quel type d'adresse et avoir renseigné son schème mailto: dans le fichier Info.plist. Rien de bien compliqué donc.

Notre dossier sur iOS 14 :

Bibliothèque d’applications : pas pour tout le monde

Lisez la suite : 81 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...