du 17 juillet 2020
Date

Choisir une autre édition

L'API Twitter passe la seconde : du retard rattrapé, le statut flou des clients tiers

Twitter a présenté hier la nouvelle version de son API pour les développeurs. Elle a été entièrement rebâtie, ce qui n’était jamais arrivé depuis son introduction en 2012.

Cette v2 propose deux axes majeurs de nouveautés. D’une part, une « API plus propre et plus facile à utiliser ». D’autre part, plusieurs des fonctions absentes de la première API parmi les plus demandées ont été ajoutées, comme les fils de conversations, les résultats de sondages, les tweets épinglés sur les profils, le filtre anti-spam, le filtrage du flux et les fonctions de recherche.

La même API doit servir toutes les tailles de projets et se veut plus accessible. Elle contient de nombreux points d’entrée et doit d’ailleurs permettre à Twitter d’en ajouter d’autres quand le besoin s’en fera sentir. Elle comprend trois grands profils d’utilisation – Standard, Academic Research et Business – et offre trois niveaux d’accès : Basic, Elevated et Custom, selon les besoins.

Avec cette v2, Twitter espère que les différents projets s’en nourrissant iront plus loin. L’éditeur cite les travaux académiques portant notamment sur l’aspect social du réseau, les outils spécifiques comme Block Party et TweetDelete, les bots, des sociétés spécialisées ou encore les partenaires officiels.

De clients tiers, il n’est en fait pas question dans la liste, alors qu’il s’agissait de l’un des plus gros reproches faits à Twitter depuis des années. 

L’éditeur s’est en effet servi de son API pour couper petit à petit l’accès à certaines fonctions aux clients tiers, comme le rafraîchissement automatique du flux et les notifications push. Sans parler des fonctions apparues dans le client officiel et jamais répercutées dans l’API, comme les sondages et les groupes de conversations privées.

TechCrunch a posé la question à Twitter. Réponse : oui l’entreprise a discuté avec les développeurs de clients tiers pour connaître leurs besoins, oui les applications pourront utiliser la nouvelle API, non aucun changement de politique n’est prévu.

Ces clients « méritent la clarté sur la manière d’utiliser » la nouvelle interface. Une clarté qui réclamerait de Twitter qu’elle pose un regard neuf sur sa politique. L’entreprise ajoute qu’elle réfléchit à la manière de travailler au mieux avec ces développeurs.

Une réponse qui ne mange pas de pain. Nos confrères se disent « déçus », puisque l’API était en développement depuis plus d’un an, et les problèmes des clients tiers connus depuis bien plus longtemps. 

On ne sait donc pas ce qui va se passer pour des applications comme Tweetbot, Twitterific, Echofon et autres. Paul Haddad, l’un des développeurs de Tweetbot, s’est dit « prudemment optimiste » sur l’annonce de Twitter, notant que le ton était « au moins beaucoup plus positif qu’il n’avait été depuis des années ».

La nouvelle API sera d’abord proposée la semaine prochaine sous forme de préversion limitée. Ses points d’entrée et cas d’usages seront augmentés au cours des semaines suivantes.

chargement Chargement des commentaires...