S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité
Tout savoir du Sandy Bridge d'Intel

Tout savoir du Sandy Bridge d'Intel

David Legrand le 03 janvier 2011
Avant d’étudier de manière plus complète cette nouvelle puce, voici un petit rappel des faits. Les processeurs de la génération Sandy Bridge exploitent la finesse de gravure en 32 nm d’Intel, déjà utilisée depuis les modèles de la génération Westmere.

Clarkdale Sandy Bridge - PDF

Ils sont composés d’une puce unique, contrairement aux modèles des générations Arrandale / Clarkdale puisqu’ils INtègrent nativement le contrôleur mémoire et la partie graphique qui étaient déportée sur une seconde puce (gravée en 45 nm) auparavant. Une technique qui avait déjà été introduite avec les Atom de la génération Pineview et qui sera utilisée chez AMD avec ses APU, aussi connus sous le nom de code Fusion.

Sandy Bridge

Transistors : le milliard, le milliard... ou pas ?

Au total, on compte ainsi pas moins de 995 millions de transistors (995 126 547 très exactement... on les a même recomptés) au sein d’un processeur Sandy Bridge, pour un die de 214 mm²... tout du moins en théorie. Une fois passé en phase de production, ce chiffre doit être revu à la hausse et passe à 1.16 milliard, la barre est donc belle et bien franchie.

Clarkdale Sandy Bridge i7

Comme cela avait été annoncé, Sandy Bridge est incompatible avec les plateformes précédentes et utilise un socket LGA 1155 identique en taille au socket LGA 1156. Des détrompeurs permettront de ne pas faire d'erreur et pour ceux qui voudraient savoir comment reconnaître un Sandy Bridge à l'oeil nu, c'est assez simple, les points présents autour du packaging sont situés uniquement sur la gauche, en haut.

On appréciera néanmoins que ces deux sockets puissent partager leurs systèmes de refroidissement, les entraxes étant identiques. Intel ne devrait d’ailleurs pas changer ses modèles. On trouvera un modèle « low profile », qui sera livré avec les modèles à faible TDP et un second de taille standard.

Asus P8P67 Deluxe Sandy Bridge Intel IDF Day 2 Benchmark

Il faudra donc passer sur une nouvelle carte mère pour exploiter les processeurs de la génération Sandy Bridge, quant à la mémoire, il s’agit toujours de DDR-3. Une attitude qui est toujours diamètralement opposée à celle d’AMD qui assure toujours une rétro-compatibilité sur plusieurs années au sein de ses gammes de processeurs, qu’Intel justifie par le fait qu’il s’agit d’une nouvelle architecture et les nombreuses nouveautés apportées.

Gestion des sockets : l'avantage est toujours pour AMD

Sandy Bridge - PDFNotez d’ailleurs que pour ses prochains processeurs, AMD changera aussi de socket, nouvelle architecture oblige : le socket AM3+.

Mais celui-ci sera capable de gérer les processeurs de la génération AM3. Une pratique dont on aimerait bien qu’Intel s’inspire pour ses prochains processeurs. Les équipes du fondeur nous ont assuré que le LGA1155 aurait une bonne durée de vie... on demande à voir.

Du côté de la dénomination, les choses changent assez peu. On garde ainsi la marque Core avec la segmentation i5 / i7 seulement pour le moment. des modèles i3 et autres Pentium sont prévus, mais comme nous le disions en introduction, l'entrée de gamme arrivera un peu plus tard dans l'année.

Une dénomination qui change peu... toujours aussi farfelue ?

Les modèles Sandy Bridge étant considéré comme la seconde génération de Core, on aura un préfixe « 2 » au niveau de leur numérotation permettant de les distinguer simplement. Suivra un nombre toujours aussi énigmatique qui nécessitera de passer une thèse pour être décrypté (ARK deviendra alors vite votre ami) puis parfois une lettre indiquera une capacité spécifique :
  • K : modèle débridé, pensé pour les amateurs d'overclocking
  • S : modèle basse consommation au TDP de 65 watts
  • T : modèle très basse consommation au TDP de 45 watts ou 35 watts.