« Vidéo sponsorisée par EA » : une mention claire dans une vidéo de Cyprien Gaming

Une bonne pratique, à faire perdurer 67
image dediée
Crédits : Ryhor Bruyeu/iStock Editorial/Thinkstock
Streaming

Critiqués pour l'absence de mention claire des annonceurs dans leurs vidéos sponsorisées, les YouTubeurs seraient-ils en train de comprendre ? En effet, après avoir introduit une mention claire dans ses descriptions, la chaîne Cyprien Gaming fait de même dans les premières secondes de sa dernière vidéo.

Depuis de nombreux mois maintenant, les YouTubeurs sont sous les feux des projecteurs concernant le financement de certaines de leurs vidéos. En effet, sponsorisées par des marques, elles ne sont pas toujours affichées comme telles.

Vidéos sponsorisées : vers la normalisation de la mention ?

Comme nous avons déjà eu l'occasion de le dire, cette situation perdure notamment parce que ni YouTube, ni les autorités en charge de ces questions ne semblent pour le moment se préoccuper activement du phénomène. Pourtant, la loi est assez claire sur les obligations en la matière et les sociétés qui ont la charge de ces chaînes et de leur « commercialisation » sont tout sauf des startups.

On a déjà évoqué le cas du Studio Bagel, rattaché au groupe Canal. Dans le cas de Cyprien Gaming, c'est de Mixicom dont il est question. Une société récemment rachetée par l'ogre Webedia. Elle semble enfin avoir pris la décision de mentionner clairement quelles sont les vidéos sponsorisées.

Dans la dernière production maison (datée d'hier), un texte apparaît à la fois au début de la vidéo et dans la description, un peu comme la mention « P » imposée par le CSA pour le placement de produits. Récemment, on avait vu un élément apparaitre, mais seulement dans la description : « Merci à XX d'avoir sponsorisé cette vidéo ! ». C'était notamment le cas des vidéos sur Life is strange, Sébastien Loeb Rally Evo ou Street Fighter V. L'occasion de voir, d'ailleurs, que ce sponsoring concerne une majeure partie des productions récentes de la chaîne.

Cyprien Gaming Sponsorisé

Le mois dernier, Norman (qui travaille aussi avec Mixicom) s'était de son côté expliqué au micro de Frédéric Martel sur France Culture, sur le cas de sa vidéo « de fan » autour de l'univers d'Assassin's Creed. Le Youtubeur expliquait alors (21') que ce n'était plus une publicité, « simplement un gros budget avec une belle vidéo, simplement payée par Ubisoft. Sans eux, je n'aurais pas fait cette vidéo » avant de rajouter que « tous les gens qui pointent du doigt ce sponsoring, en fait, je trouve ça un peu bête ».

Comme le faisait remarquer l'animateur, une mention indiquait d'ailleurs que la vidéo était « produite par Ubisoft ». Or, elle n'est apparue qu'assez tard comme nous le relevions alors. Le cache de Web archive ne l'affichait en effet pas avant le mois de janvier dernier, la vidéo datant du mois d'octobre.

Une problématique à résoudre au-delà du cas YouTube

Avec la montée en puissance des chaînes et des sociétés qui les gèrent, il semble donc enfin acquis que la mention des contenus sponsorisés commence à devenir la règle en 2016. Espérons que cela se généralise vraiment, et sur la durée, afin que les internautes qui consomment chaque jour ces vidéos par millions puissent avoir conscience de qui les finance comme l'exige la loi.

On se demande d'ailleurs si cette pratique ira bien au-delà de YouTube, puisque la question du financement des contenus et la mention des annonceurs dans une forme claire se pose de manière plus générale. Il n'est ainsi pas rare de voir encore des formules assez floues comme « partenariats » apparaître sur des pages choisies de manière discrète, pour évoquer des campagnes et des « opérations spéciales », qui se négocient parfois à plusieurs (dizaines ?) de milliers d'euros.

Publiée le 01/03/2016 à 17:30
David Legrand

Directeur des rédactions et responsable des L@bs de Nancy. Geek de l'extrême spécialisé dans l'analyse des produits high-tech, les réseaux sociaux et les trios d'écrans. Adepte du libre.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...