Un sénateur veut un site officiel pour signaler les décharges sauvages

Poubelle la vie 50
image dediée
Crédits : Anrodphoto/iStock/Thinkstock
Loi

Afin de lutter contre les décharges sauvages, un sénateur PS propose au gouvernement de mettre en place un site officiel qui permettrait de signaler en quelques clics la présence de déchets dans des lieux inappropriés (sur le bord de la route, en pleine nature...).

Aux yeux de Maurice Vincent, « l'existence de décharges sauvages constitue un échec de la politique nationale des déchets ». Et pour cause, cela vient « détruire les efforts très importants d'investissement menés par les exécutifs locaux pour favoriser l'émergence d'une économie circulaire, organiser le recyclage des déchets ménagers et des entreprises sur leur territoire, mettre aux normes européennes les incinérateurs existants et valoriser le cadre de vie ».

Au travers d’une question écrite parue la semaine dernière au Journal officiel, l’ancien maire de Saint-Étienne invite la ministre de l’Écologie à préciser ses plans en la matière. Maurice Vincent demande tout particulièrement à Ségolène Royal « si, à l'instar de ce que font certaines associations, l'État envisage de mettre en place un site Internet permettant à tout particulier de signaler un lieu de stockage sauvage ».

band cochon réunion décharges

Le sénateur ne donne aucun exemple précis, mais l’on peut pour notre part faire référence au site réunionnais « Band Cochon », qui se présente comme « le premier réseau social dédié à la lutte contre les cochons [comprenez : ceux qui jettent leurs déchets dans la nature, ndlr] ». Le principe ? Chaque internaute peut publier la photo d’une décharge sauvage, en la localisant précisément. Cela pousse soit l’administration à intervenir, soit certains citoyens volontaires à procéder eux-mêmes au nettoyage...

Un appel à projets « Fix-it des quartiers » qui se fait attendre...

En attendant la réponse de la ministre – qui dispose en théorie d’un délai de deux mois – rappelons que le gouvernement s’est d’ores et déjà montré très sensible aux applications de signalement d’incidents « locaux » : graffitis, rivière en crue, panne de l’éclairage public, trou dans chaussée... Il y a tout juste un an, l’exécutif annonçait vouloir « mettre en place une plateforme de "crowdsourcing" (identification participative) dédiée aux problèmes rencontrés par les habitants et associations locales ».

Un appel à projets « Fix-it des quartiers » devait être lancé « dès juin 2015 » dans le cadre des investissements d’avenir, afin qu’une solution uniforme puisse être proposée aux villes intéressées. Ce genre d’application pourrait parfaitement permettre de signaler la présence de décharges sauvages. Sauf que cet appel à projets a finalement été reporté à la « fin 2015 », sans que l’on en réentende parler depuis...

Publiée le 01/03/2016 à 14:41
Xavier Berne

Journaliste, spécialisé dans les thématiques juridiques et politiques.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...