Wikimedia : « crise existentielle » et démission de sa directrice exécutive

Cure de câlins 11
image dediée
Crédits : Lane Hartwell (CC BY-SA 3.0)
Services

La fondation Wikimedia vient d'annoncer la démission de sa directrice exécutive, Lila Tretikov. Cette décision suit des mois de polémique autour d'un projet de moteur de recherche, dont la communauté s'est estimée exclue. Pour la fondation, l'enjeu est de déterminer un cap pour les prochaines années. Explications.

Les départs importants se multiplient chez Wikimedia ces derniers mois. Hier, la fondation a annoncé accepter la démission de Lila Tretikov, sa directrice exécutive, qui quittera ses fonctions le 31 mars. Arrivée au poste en mai 2014, Lila Tretikov avait pour mission de rationnaliser l'organisation Wikimedia et redynamiser la communauté. Ce choix intervient en pleine crise de confiance entre Wikimedia et le public, qui s'estime exclu de certaines décisions et de certains projets. 

Les tensions se sont cristallisées autour du Knowledge Engine, un projet de moteur de recherche lancé l'an dernier, dont les détails ont été communiqués au compte-goutte après enquêtes de certains membres (voir notre analyse). Comme le liste Molly White, une administratrice de Wikipédia, plus d'une dizaine de départs se sont enchainés ces derniers mois au sein du personnel de la fondation, pour différentes raisons, dont des désaccords avec la direction prise par Wikimedia.

Définir un nouveau cap après la rationalisation

Au 31 mars, la fondation devra donc avoir trouvé un nouveau directeur exécutif. « Notre première priorité est de mettre en place un plan de transition clair en vue de bâtir la confiance avec la communauté et l'équipe salariée, nommer une direction par intérim, et commencer à rechercher un ou une nouvelle directrice exécutive » prévoit-t-elle dans son communiqué. Pour sa part, Lila Tretikov se félicite du travail accompli par la fondation et, comme d'habitude dans ce genre ce cas, dit être disponible pour chercher son successeur.

Il est entre autres reproché à Lila Tretikov un manque d'autorité sur son équipe, l'entrée au conseil d'administration de personnes non-élues (même si c'est une procédure connue) et une vision stratégique floue, la communauté ayant l'impression que certaines décisions lui étaient cachées.

Pour Christophe Henner, le président de Wikimédia France (voir notre entretien), cette « crise existentielle » était attendue, tout comme le départ de Lila Tretikov. « Traverser une telle crise est normal pour une organisation quand elle atteint la maturité » nous explique-t-il. « Aujourd'hui, Lila est le point visible des problématiques qui se posent à Wikimedia, sur une multitude de petits sujets. Il y a une discussion sur le rôle exact de l'organisation, du mouvement. Est-ce qu'on arrive à incarner notre objectif de défendre la connaissance libre ? » poursuit-t-il.

Cette crise arrive à une étape charnière pour l'organisation. Après la création de la fondation Wikimedia pour pérenniser les projets et sa consolidation, il a fallu la rationnaliser, ce qui était l'une des missions de Tretikov. Elle a contribué à revoir la stratégie et les procédures de la fondation. Cela tout en stabilisant le nombre de contributeurs de Wikipédia et en travaillant sur la diversité. D'autres décisions importantes ont été prises, notamment du côté technique, comme l'usage par défaut d'un éditeur visuel.

« C'est un mouvement initié il y a trois ans (« narrowing focus »), qui implique une réorganisation compliquée. Elle a mené ces changements, fait bouger des lignes, mais plusieurs sujets difficiles à gérer se sont enchainés » affirme Christophe Henner. Désormais, l'institution doit définir ses nouveaux objectifs à long terme.

Réintégrer la communauté à l'équation

En rationnalisant son organisation, Wikimedia a peu à peu exclu la communauté de certaines décisions. Cela jusqu'au dossier Knowledge Engine, qui a catalysé une partie des critiques. Pour rappel, ce projet financé en partie par une fondation tierce, pour un budget de plusieurs millions de dollars, a été révélé au fil d'analyses et de questions de membres de la communauté, qui ont amené Wikimedia à jouer la transparence à rebours.

Wikimedia Knowledge Engine pistes
Crédits : Wikimedia

La création du département dédié, la demande et l'obtention d'une subvention ainsi que les objectifs principaux du projet ont été publiés suite à des découvertes fortuites et enquêtes de contributeurs. Le flou aidant, certains membres ont perçu dans le projet un concurrent direct à Google, ce que la fondation nie. Dans un message publié la semaine dernière, la direction de Wikimedia a d'ailleurs rappelé l'objectif officiel : améliorer la qualité de la recherche de connaissances libres, en incluant notamment d'autres projets (type OpenStreetMap) au moteur de recherche existant.

Dans son message, la fondation a reconnu que l'intégration de la communauté à l'initiative était à revoir. Cela alors qu'il s'agit de l'une des conditions premières de la subvention qu'elle a obtenue. Elle doit ainsi largement s'appuyer sur les internautes pour déterminer comment améliorer la recherche. Le communiqué d'hier suit cette voie, en rappelant l'importance d'inclure le public aux décisions. « Le conseil d'administration dit qu'il faut réintégrer la communauté sans perdre la stabilité et l'efficacité acquises » en réorganisation la fondation, analyse Christophe Henner.

Apprendre des expériences locales

Pour Wikimédia, l'enjeu est donc de préparer l'avenir, par exemple en facilitant la contribution, via l'éditeur visuel ou le projet Wikidata. Inclure les membres dans la vie de l'organisation est un problème connu, estime le président de Wikimédia France. « Nous avons eu le même souci il y a deux, trois ans, à notre échelle. La structure institutionnelle a grossi rapidement. Pour plus d'efficacité, à un certain point, beaucoup de choses étaient décidées uniquement parmi les salariés » détaille Christophe Henner. L'association française a depuis pris certaines mesures, comme l'inclusion systématique des membres aux projets.

Wikimédia France a surtout défini son rôle (aider les contributeurs), ce qui l'a aidé à prendre des mesures concrètes. La fondation américaine en est à cette étape. Le président de l'association française a d'ailleurs présenté sa candidature à l'un des deux postes réservés « aux organisations affiliées » du conseil d'administration, pour aider cette transition. « Beaucoup de crises que nous avons traversé ont servi à d'autres organisations Wikimedia », l'intégration de la communauté devant être la prochaine, déclare-t-il.

Par Guénaël Pépin Publiée le 26/02/2016 à 14:30

chargement
Chargement des commentaires...