BlackBerry renforce la sécurité et les conversations multiples dans BBM

Résiste, prouve que tu existes 3
image dediée
Applications MWC

BlackBerry vient à nouveau de mettre à jour sa messagerie BBM. Comme ce fut déjà le cas plusieurs fois par le passé, les améliorations concernent surtout la sécurité des échanges, point d’orgue de la stratégie de l’entreprise.

BBM (pour BlackBerry Messenger) fait figure de cavalier solitaire dans la concurrence entre les solutions de messagerie. Longtemps réservée à la seule plateforme BlackBerry OS (puis BB10), l’application mobile a fini par débarquer sur Android, iOS et Windows Phone. Depuis les premières révélations d’Edward Snowden, l’entreprise canadienne a largement mis l’accent sur la sécurité – comme on a pu le voir avec le Pakistan – ce qui se vérifie encore avec les dernières moutures disponibles.

Une accélération des nouveautés

Depuis plusieurs mois, les améliorations de BBM vont ainsi presque toutes dans le même sens. Dans les conversations secrètes par exemple, l’utilisateur est notifié depuis septembre en cas de capture d’écran par le contact. Une fonctionnalité qui n’a rien de nouveau en soi (Snapchat le fait depuis longtemps) mais qui manquait à l’application. En décembre est apparue la possibilité de supprimer de son côté des messages dans une conversation, sans notification aux autres contacts. Ceux qui ont l’option payante sur la sécurité peuvent même supprimer des photos envoyées, cette fois chez tout le monde.

Plus récemment, BlackBerry a ajouté d’autres capacités, dont les conversations d’équipes. Le créateur de la conversation commune peut ainsi changer le sujet et inviter d’autres personnes. Les conversations à plusieurs bénéficient d’ailleurs désormais de statuts d’expédition et de lecture des messages, à la manière de ce que proposent déjà WhatsApp et Telegram. On peut également marquer un message comme possédant une priorité haute, à la manière d’un email, et les administrateurs peuvent en entreprise bloquer tout copier/coller dans les conversations.

BBM veut être partout

Il y a quelques semaines, BlackBerry annonçait également s’être associée à la banque Barclays pour autoriser les paiements via l’application de cette dernière, Pingit. Cette association n’est pas encore effective et sera évidemment limitée au Royaume-Uni dans un premier temps. Cependant, elle représente un mouvement supplémentaire de l’entreprise sur le terrain des paiements, après de premiers tests effectués en Indonésie en 2013 avec BBM Money, et l’arrivée de la compatibilité PayPal pour les échanges d’argent entre contacts.

Dans un billet daté d’hier, BlackBerry indique qu’il souhaite que sa messagerie soit « le centre de votre vie » et s’applique donc à la rendre aussi universelle que possible. Et de rappeler son arrivée sur Apple Watch en septembre, la prise en charge du 3D Touch sur les iPhone 6s en décembre, la possibilité de diffuser un message à des catégories de contacts sur Android, l’arrivée en préversion des notifications enrichies sur cette plateforme et ainsi de suite.

Communiquer pour garder de la visibilité

Si le Canadien communique à tour de bras sur BBM et se livre à ce genre de bilan, c’est que sa solution, outre le fait qu’elle dispose de vraies qualités, a surtout besoin d'autres atouts. Difficile de ne pas être oublié quand on sait que WhatsApp a dépassé le milliards d’utilisateurs actifs, Facebook Messenger les 900 millions, et plus récemment Telegram les 100 millions. Cette dernière est déjà victime d’un énorme phénomène d’inertie : beaucoup sont déjà sur les deux premières, pourquoi donc se compliquer la vie avec un service supplémentaire.

La mission n’est clairement pas simple pour BlackBerry, mais la société semble décider à enrichir son servir de manière récurrente. Peut-être qu’un renouvellement du design aurait un effet salvateur, certains le trouvant « vieillot ».

Publiée le 23/02/2016 à 12:00
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...