L'ARCEP prépare l'arrêt du réseau téléphonique classique par Orange

Vends modem RTC très bon état 164
image dediée
Crédits : HEMARAT/iStock/ThinkStock
FAI

Orange compte couper son réseau téléphonique commuté dans les prochaines années, pour passer au tout IP. Alors qu'il arrêtera de fournir ses services dès fin 2017, il faut préparer la transition de ceux qui utilisent encore ce réseau. L'ARCEP lance donc des travaux « multilatéraux » pour préparer au mieux cette extinction.

L'ARCEP se prépare à l'arrêt du réseau téléphonique commuté d'Orange. Dans un communiqué publié hier soir, le régulateur des télécoms annonce l'ouverture de travaux multilatéraux pour anticiper l'extinction du réseau téléphonique classique, dont l'usage décroit depuis des années. Plusieurs réunions entre opérateurs ont déjà eu lieu à ce sujet l'an dernier, la prochaine étant prévue en mars.

En fait, l'ARCEP propose ici aux autres acteurs (opérateurs, consommateurs, fédérations professionnelles ou encore collectivités) de se joindre à la discussion.

« Orange a communiqué officiellement aux autres opérateurs et à l’ARCEP son intention d’arrêter progressivement le RTC, support des services de téléphonie traditionnelle analogique et numérique » explique l'ARCEP. L'extinction ne concerne que la téléphonie classique, pas l'accès Internet en ADSL ou VDSL, qui prend justement le relais pour les communications téléphoniques fixes sur le réseau cuivre.

Un réseau de plus en plus difficile à maintenir

L'opérateur historique insiste sur la difficulté de maintenir son réseau, ce dont il ne serait plus capable dans les prochaines années. La raison principale est « l’abandon de cette technologie par les équipementiers », donc la difficulté à trouver des pièces. Conserver le réseau actif trop longtemps multiplierait donc les risques de problèmes et de pannes, estime-t-il.

Même si l'ARCEP « ne s’opposera pas à la décision d’Orange », l'opérateur doit prévenir cinq ans à l'avance ses partenaires de l'arrêt du réseau téléphonique commuté dans une zone. L'autorité se dit particulièrement vigilante au maintien de la concurrence pendant la transition. Orange ne fournit pas de calendrier précis, même si le RTC doit encore avoir quelques années devant lui. 

Il reste quelques difficultés à son extinction. Comme le notait en décembre 2014 le rapport Champsaur (PDF) sur le passage du réseau cuivre à la fibre, de nombreux services comptent encore sur le réseau commuté pour communiquer : « téléalarmes d’ascenseurs, alarmes, fax, systèmes de télésurveillance, terminaux de paiement, affranchisseuses, badgeuses, etc. ». Autant de services qui ont expliqué le maintien du réseau cuivre lors de l'expérimentation d'Orange à Palaiseau, qui devait en théorie mener à son extinction.

Plus de téléphonie classique chez Orange dès fin 2017

Avant même d'éteindre son réseau commuté, avec accord de l'ARCEP, Orange compte déjà arrêter de commercialiser ses services téléphoniques classiques, pour se concentrer sur les services Internet. Il évoquait en mars « la baisse inévitable des revenus Voix sur RTC », l'opérateur historique a annoncé en mars dans un document pour ses investisseurs (PDF). Conséquence : il arrête la vente de ces services à partir de fin 2017 en France, « date à laquelle Orange ne commercialiserait plus que des offres de services voix de nouvelle génération exclusivement sur IP ». Un mouvement engagé dans cinq autre pays, précise le groupe.

Le réseau cuivre doit lui complètement s'éteindre dans les prochaines années, par plaques. Cette extinction progressive passe par le statut de « zone fibrée », introduit dans la loi Macron, après une proposition du rapport Champsaur. Il est attribué à une zone dont le réseau fibre est suffisamment avancé pour envisager l'arrêt du réseau cuivre, donc de l'ADSL et du VDSL. Une fois le statut d'une zone décidé par Bercy (après consultation de l'ARCEP), les opérateurs et clients sont encouragés à passer à la fibre et à quitter le réseau cuivre, qui pourrait être coupé dans les cinq ans après la déclaration en tant que « zone fibrée ».

Par Guénaël Pépin Publiée le 17/02/2016 à 11:30

chargement
Chargement des commentaires...