Google ouvre la lutte aux contenus trompeurs intégrés aux pages

Où placer le curseur ? 35
image dediée
Crédits : stevanovicigor/iStock/Thinkstock
Navigateurs

Alors que la lutte contre le phising et les sites maveillants n'est pas nouvelle, Google a décidé de s'attaquer à ceux qui intègrent des éléments, parfois publicitaires, tendant à induire l'internaute en erreur. Une définition qui peut convenir à de nombreux acteurs.

Google continue de renforcer ses diverses croisades pour un web « plus propre ». Ainsi, outre les travaux en cours pour l'extension de SSL/TLS ou contre les interstitiels sur mobile, la société a choisi de s'engager afin de lutter contre les différentes formes de contenus trompeurs.

La chasse aux contenus trompeurs n'est pas nouvelle

Des actions sont en cours depuis un moment à travers son initiative Safe Browsing. Il existe ainsi des formulaires permettant de signaler des sites malveillants (voir cette page) afin qu'une alerte puisse être levée dans les navigateurs partenaires comme Chrome ou Firefox.

En novembre dernier, Google indiquait renforcer ses outils pour prendre en compte un plus large panel d'éléments trompeurs et afficher un message d'alerte. Le but était toujours le même : récupérer des informations vous concernant ou vous faire agir d'une manière précise dans le but de vous piéger.

Les contenus intégrés seront aussi analysés 

Désormais, la société monte d'un cran et s'occupe aussi des éléments intégrés à une page qui ont un tel comportement, comme les publicités. En effet, vous avez déjà tous rencontré des pavés qui reprennent le look d'une fenêtre d'erreur vous indiquant que votre machine est trop lente, pas à jour ou vous incitant à télécharger une application en reproduisant un bouton identique à celui que l'on peut trouver sur le site.

Pubs trompeuses GooglePubs trompeuses Google

Lucratives, celles-ci n'en sont pas moins trompeuses et peuvent parfois cacher de mauvaises surprises. On les retrouve d'ailleurs souvent sur des sites optimisés pour le référencement, qui ne proposent pas forcément du contenu de qualité, mais qui arrivent tout de même à bien se positionner sur les moteurs de recherche. 

Ainsi, un site qui a recours à de telles campagnes pour se financer pourra voir ses pages bloquées par Google ou encore Firefox. Ceux dont le site sera touché devront se tourner vers la liste des problèmes de sécurité de la Search Console afin de demander un examen de leur site après avoir retiré le contenu incriminé. Un guide est disponible par ici. Vous pouvez signaler ce que vous estimez être un faux positif via ce formulaire.

Pourquoi ne pas aller plus loin ?

Il serait intéressant de voir si d'autres exemples, plus larges que ceux donnés, pourraient être concernés. En effet, certains réseaux de recommandation de contenu sont souvent pointés du doigt pour l'intégration d'éléments « limites » dans leurs widgets.

S'il n'est pas question de phishing ou de social engineering, et que la chasse aux « iPhone à 1 euro ! » semble avoir enfin porté ses fruits, on peut toujours y retrouver des éléments qui exploitent des pratiques qui doivent cesser, comme des annonceurs qui se font passer pour des sites de presse et d'information, pour mieux attirer l'internaute crédule et lui faire remplir un formulaire (par exemple) ou le mener à des sites commerciaux.

Là, comme ailleurs, si les éditeurs et les services ne font pas le ménage, et que les services publics ne cherchent pas à les contraindre d'une manière ou d'une autre, voir un acteur comme Google prendre position dans l'intérêt des internautes pourrait être une solution. Certes extrême, mais sans doute assez efficace.

Publiée le 04/02/2016 à 17:35
David Legrand

Directeur des rédactions et responsable des L@bs de Nancy. Geek de l'extrême spécialisé dans l'analyse des produits high-tech, les réseaux sociaux et les trios d'écrans. Adepte du libre.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...