OpenSignal publie son état des lieux mondial de la 4G

La France a un incroyable réseau 27
image dediée
Crédits : hh5800/iStock
Téléphonie ANALYSE

Selon le service OpenSignal, la Corée du sud et Singapour sont les références mondiales en termes de 4G, l'une pour sa couverture, l'autre pour ses débits. De son côté, la France compte toujours beaucoup sur son réseau 3G par rapport à d'autres pays, avec une couverture LTE sous la moyenne, a calculé l'entreprise.

Où se situe la France dans le monde en matière de 4G ? OpenSignal, un service de mesure de couverture et de débits, apporte quelques éléments de réponse. L'entreprise vient de publier son second état des lieux trimestriel du LTE (4G) dans le monde, où la performance de la France varie beaucoup entre couverture et débits. L'observatoire compare les données de 68 pays, sur « 148 marchés LTE », avec des vues par États et par opérateurs. Ces données proviennent de 357 924 utilisateurs des applications Android et iOS du service, mesurées au quatrième trimestre 2015.

Dans les faits, certains pays dominent largement les autres. « Certains pays comme la Corée du sud et Singapour ont réussi à construire des réseaux sans équivalent en termes de technologie et de fiabilité, alors que d'autres n'ont maîtrisé que la moitié de l'équation » résume l'état des lieux. Selon l'étude, quand les États-Unis et le Japon ont des réseaux bien plus étendus qu'ailleurs, ils peinent du côté des débits. C'est tout l'inverse de la Nouvelle-Zélande et de la Roumanie, note OpenSignal, qui disposent de débits élevés pour une disponibilité réduite.

La France en bas de tableau sur la couverture

Pour calculer la couverture, OpenSignal ne mesure pas la part de territoire ou de population en 4G, mais le temps passé sur un réseau LTE par les téléphones. Dans ce domaine, la Corée du sud domine largement le tableau, avec 97 % du temps passé en 4G, contre 90 % pour le Japon, en deuxième place. En moyenne, sur les 68 pays mesurés, un utilisateur peut passer environ les deux tiers du temps en très haut débit mobile, selon les calculs de l'entreprise.

Sur ce point, la France est dans le bas du tableau. Elle fait partie des dix derniers pays du classement, entre l'Argentine et la Bulgarie. Les utilisateurs français d'OpenSignal ont ainsi passé 51 % de leur temps en 4G, avec de fortes disparités selon les opérateurs. Selon la société, Bouygues Telecom offre le plus de temps en 4G (63 % du temps mesuré), devant Orange (61 %) et SFR (58 %). Cela alors que les utilisateurs chez Free Mobile n'ont été connectés en 4G que 32 % du temps, peu importe le réseau utilisé.

Ces chiffres tranchent avec les données de couverture publiées par le régulateur, l'ARCEP. En juillet 2015, le taux de population couverte en 4G par chaque opérateur était bien supérieur au temps en 4G mesuré par OpenSignal, qui laisse entendre une couverture moindre. Le classement de l'autorité est d'ailleurs à la défaveur de SFR, alors que le temps de connexion mesuré par OpenSignal pour son réseau est très proche de Bouygues Telecom et Orange. Free, avec une couverture de la population en 4G bien supérieure, n'atteindrait donc qu'un peu plus de la moitié du temps de SFR en très haut débit. Notons tout de même que Free est (logiquement) l'opérateur dont le réseau croit le plus rapidement, comme nous l'écrivions en décembre.

ARCEP investissement 2015

L'Europe encore largement dépendante de la 3G

De son côté, le rapport 4G Monitor de 4GMark, publié chaque trimestre sur ZDNet.fr, donne un résultat plus flatteur pour chaque opérateur. Au dernier trimestre 2015, la start-up a mesuré que Bouygues couvrait 75,7 % de la population en 4G, devant Orange (71,6 %), SFR (67,3 %) et Free Mobile (54,9 %).

Dans le monde, OpenSignal estime que la couverture 4G n'excède celle de la 3G qu'en Corée du sud et au Japon... Même si la situation évolue rapidement. « Les pays capables de fournir un signal LTE plus de 80 % du temps sont une espèce rare ; seuls huit pays ont dépassé ce seuil, selon nos mesures » explique la société. Les pays d'Asie de l'Est avec une forte densité de population sont d'ailleurs en tête de tableau, la couverture étant d'autant plus simple.

Le paysage est moins chaleureux en Europe. « L'Europe en particulier dépend encore lourdement de son infrastructure 3G. En Allemagne, en France, en Italie et au Royaume-Uni, les chances pour qu'un abonné en 4G se connecte à un réseau LTE sont à peine meilleures qu'en jouant à pile ou face » estime encore OpenSignal. Reste l'exception de l'Europe du nord, avec plus de 75 % du temps passé en LTE en Finlande, Norvège et Suède, où les déploiements ont commencé en 2009.

La couverture en Europe doit tout de même évoluer dans les prochaines années. Cette semaine, la Commission européenne a proposé que la bande des 700 MHz soit attribuée à la 4G dans l'ensemble des États membres d'ici la mi-2020. Après les enchères de novembre, la transition commence d'ailleurs en avril pour la France. Pour rappel, la bande des 700 MHz permet surtout une meilleure couverture, en portant bien plus loin que les fréquences déjà attribuées aux opérateurs.

OpenSignal couverture Q4 2015OpenSignal vitesse Q4 2015

La France bonne élève sur les débits, comme Free Mobile

Si la France ne brille pas en matière de couverture aux yeux d'OpenSignal, elle se rattrape sur les débits, passant du bas à la moitié haute du tableau. Alors que le débit moyen mesuré dans le monde se situe à 13,5 Mb/s, les opérateurs français affichent une moyenne de 18 Mb/s. Dans le détail, c'est Free Mobile qui affiche le meilleur résultat, avec une moyenne de 24 Mb/s, devant Orange (19 Mb/s), Bouygues Telecom (16 Mb/s) et SFR (10 Mb/s).

Encore une fois, ces résultats tranchent avec ceux de services français. Dans ses mesures sur le quatrième trimestre, 4G Monitor affiche un tableau bien différent. Si Bouygues Telecom et Orange sont en tête, avec une moyenne de près de 17 Mb/s en 4G, Free Mobile passe ici en troisième place (10 Mb/s), devant SFR (7,6 Mb/s). D'OpenSignal à 4GMark, Free Mobile perd donc la moitié de son débit moyen.

Au niveau mondial, c'est Singapour qui mène la marche avec 37 Mb/s, loin devant la Nouvelle-Zélande en deuxième place avec 29 Mb/s, à comparer aux 18 Mb/s français. En toute logique, les trois premiers opérateurs du classement sont aussi singapouriens. Mais cela n'enlève rien à la progression des autres pays.

 « Il y a un an, une vitesse moyenne en 4G de 20 Mb/s aurait été vraiment impressionnante, mais aujourd'hui 15 pays et 52 réseaux ont atteint ou dépassé ce seuil » calcule l'entreprise, qui avance deux raisons. La première est l'arrivée de nouvelles fréquences pour la téléphonie dans certains pays, qui permettent de transporter plus de données. La seconde est l'ouverture de nouveaux réseaux dans d'autres pays, avec un encombrement bien moindre, donc de meilleurs débits.

« Cela nous laisse avec un groupe distinct de pays comme les États-Unis, le Japon et la Suède, qui étaient parmi les premiers à lancer la LTE mais ont perdu leur avantage de vitesse » note OpenSignal. Il faudra donc surveiller cette statistique, notamment si pour voir la France entrera dans le club select « des 20 Mb/s ou plus ».

Publiée le 04/02/2016 à 12:00
Guénaël Pépin

Journaliste jamais sans sa fibre, spécialiste du marché des télécoms, dénicheurs d'initiatives et de replays innovants.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...