Obligation de s’inscrire à Pôle Emploi sur Internet à compter de mars 2016

Mars ou crève 82
image dediée
Crédits : Pôle Emploi
Loi

Expérimentée depuis le mois d’octobre dans dix départements, l’obligation de s’inscrire en ligne à Pôle Emploi sera complètement généralisée dans toute la France à compter du 1er mars 2016. Une façon de faire gagner du temps aux agents et de mieux servir in fine les demandeurs d’emploi, selon les pouvoirs publics.

Plus question de déposer son formulaire d’inscription et les justificatifs correspondants en agence. Les demandeurs d’emploi résidant dans les départements de Haute-Corse, de Corse-du-Sud, de Haute-Saône, du Doubs, du Jura, du Territoire de Belfort, de Guyane, de l'Aisne, de la Somme et de l'Oise doivent obligatoirement s’inscrire par voie électronique sur « www.pole-emploi.fr » depuis le 15 octobre 2015. Un arrêté paru hier au Journal officiel vient finaliser ce mouvement :

  • Les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Côte-d'Or, de la Nièvre, de Saône-et-Loire, de l'Yonne, ainsi que les régions Centre-Val de Loire, Pays de la Loire et Provence-Alpes-Côte d'Azur étaient censés être concernés depuis le 1er janvier 2016.
  • Les régions Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Normandie, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, La Réunion et le territoire de Saint-Pierre-et-Miquelon seront concernées à compter du 1er février 2016.
  • Les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Ile-de-France, Martinique et Guadeloupe seront concernées à compter du 1er mars 2016.

Concrètement, chaque demandeur d’emploi devra désormais compléter son formulaire en ligne et procéder au téléchargement des documents requis. « En cas de difficulté, un message lui propose d'être rappelé par un conseiller, explique-t-on du côté de Pôle Emploi. L'accompagnement lors de l'inscription est aussi possible en appelant le 3949, où un conseiller le guidera. » Pour ceux qui n’auraient pas d’ordinateur à la maison, il faudra se rendre en agence et utiliser les PC mis à la disposition par l’établissement public – en demandant éventuellement de se faire aider.

Les conseillers devraient dégager du temps pour mieux accompagner les chômeurs

Avec la dématérialisation complète de cette procédure, Pôle Emploi espère que ses conseillers passeront moins de temps sur la paperasse, pour se consacrer davantage aux demandeurs d’emploi. « Le traitement informatisé avec croisement des informations permet surtout de finaliser l'inscription et l'indemnisation au plus tôt, puis de fixer l'entretien de situation, deux à quatre semaines plus tard » affirme l’institution. Ses agents « se verront affecter des dossiers d'allocation qu'ils traiteront intégralement (...). Sur tous les sujets complexes relatifs à l'indemnisation, le conseiller emploi mettra le demandeur d'emploi en relation directe avec son collègue de la gestion des droits. »

Si l'établissement public offre de plus en plus de services en ligne en direction des chômeurs (suivi possible à distance, ouverture d’un « Emploi Store »), rappelons que l’informatisation croissante des relations avec l’administration avait fait naître de vives inquiétudes chez le Médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, dès 2009 :

« De très nombreux cas traités par les délégués du Médiateur de la République témoignent de la toute-puissance informatique, paralysant la prise en charge par les services des dossiers spécifiques. Mais bien souvent, force est de constater que l’informatique sert – aussi – d’excuse pour justifier la mauvaise volonté de certains services, les agents s’abritant derrière les « contraintes » de l’informatique pour ne pas répondre ou ne pas agir. C’est oublier que l’informatique n’est qu’un outil qui ne dispense aucunement ses utilisateurs de se poser des questions et de rechercher des solutions, quitte à contourner, lorsque le service au public le justifie, les rigidités du système. »

Publiée le 18/01/2016 à 10:05
Xavier Berne

Journaliste, spécialisé dans les thématiques juridiques et politiques.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...