Les objets connectés insolites et inattendus du CES 2016

Accrochez-vous 27
image dediée
Crédits : somchaij/iStock/ThinkStock
Obj. Connectés

Ceinture, pot de fleurs, chaussures, pendentifs, pommeau de douche, agitateur de canapé, détecteur de poisson, etc. : nous avons décidé de vous livrer un petit aperçu des objets connectés insolites que nous avons pu découvrir au CES de Las Vegas. 

Les objets connectés sont en pleine explosion depuis plusieurs années maintenant et l'on en trouve dans tous les domaines ou presque. Le CES de Las Vegas était évidemment le théâtre d'annonces sur des produits classiques comme les ampoules, les montres et autres bracelets, mais on trouvait également des cas... bien plus insolites.

Il ne s'agit pas forcement de nouveautés présentées à l'occasion de l'édition 2016, mais d'objets que nous avons croisés dans les allées et qui nous ont marqués, d'une manière ou d'une autre. « Must have » ou totalement inutile, ce sera à vous d'en juger.

Les objets du quotidien : une ceinture et un parapluie connectés

On commence par la ceinture connectée Belty Good Vibes de la startup française Emiota. Elle dispose de divers capteurs et propose à celui qui la porte un retour d'information via des vibrations. Elle peut ainsi lui signaler de faire de l'exercice lorsqu'il est resté sur place trop longtemps, l'aider à marcher à une bonne cadence ou encore lui demander de se relaxer via quelques exercices. Vous pouvez également la paramétrer pour qu'elle vous rappelle de boire régulièrement par exemple.

Dans l'ensemble, il s'agit donc de fonctionnalités qu'un bracelet ou qu'une montre sont également capables de procurer à son propriétaire. Le prix est par contre relativement élevé puisqu'il est question de 360 euros... tout de même.

La startup française Wezzoo présentait son Oombrela, un parapluie connecté qui se veut intelligent. Il dispose en effet de plusieurs capteurs (exposition aux UV, température, humidité et pression atmosphérique) lui permettant d'essayer de prévoir la météo. Il partage également ses informations avec le reste de la communauté et, afin d'affiner ses prévisions, il récupère des informations de la base de données de l'application Wezzoo.

Il peut également vous envoyer des alertes lorsque vous l'oubliez au restaurant ou au cinéma par exemple. Afin de lancer Oombrela, un projet de financement participatif sera prochainement mis en place sur Kickstater. Côté tarif, il faudra tout de même compter près de 80 euros pour ce parapluie connecté. 

Dans un registre un peu différent, une autre société française présentait une combinaison de ski connecté qui fait également office d'airbag. Elle est principalement pensée pour les compétiteurs et quelques professionnels l'utilisent déjà en coupe du monde. 

Elle intègre plusieurs capteurs qui déclenchent l'air bag lorsqu'une chute est détectée afin de protéger le skieur. L'interaction avec le smartphone reste pour le moment limité (niveau de la batterie et quelques vérifications du système), mais cela pourrait évoluer dans le futur avec de la géolocalisation et des alertes nous précise le fabricant.

CES objets connectésCES objets connectésCES objets connectés
La ceinture Bely Good Vibes - Oombrella - La combinaison de ski

De nouvelles chaussures connectées chez Digitsole et Eram

Après la semelle connectée chauffante, les Français de chez Digitsole passent la seconde et exposaient des chaussures connectées. On pouvait ainsi apercevoir des escarpins pour femmes et des tennis pour hommes, au look des plus basiques puisque rien ne laissait penser qu'elles étaient connectées. 

Dans les deux cas, les semelles chauffantes de la société étaient de la partie et la batterie intégrée se recharge par induction, ce qui évite de devoir « brancher » sa chaussure. Notez que la fabrication est française, puisque la société de Nancy travaille avec un confrère de Champigneulles : la Compagnie Vosgienne de la Chaussure (CVC).

Plus originale, et avec un look bien plus futuriste, la Smartshoe propose un système de « laçage automatique » (ce sont les termes du fabricant) qui permet de faire bouger la languette directement depuis son smartphone. On retrouve aussi quelques LED permettant à la chaussure de « s'allumer » dans la nuit. Le prix n'est pas indiqué, le produit étant encore à l'état de prototype, mais il sera certainement assez élevé.

Digitsole n'était pas le seul représentant français de la chaussure connecté et Eram était sur place pour dévoiler la v2 de la Choose. Il s'agit d'une paire de sneakers (des chaussures proches des baskets) qui disposent de chaque côté de bandes qui peuvent changer de couleur en fonction de vos envies. 

Là encore il ne s'agit pour le moment que d'un prototype et des capteurs seront intégrés dans la version finale, notamment afin de compter les pas effectués dans la journée. Le fabricant espère commercialiser sa Choose v2 d'ici la fin de l'année, sans plus de détails pour le moment.

CES objets connectésCES objets connectés
La Smartshoe de Digitsole et la Choose v2 d'Eram

Une branche de lunettes connectée pour imiter des Google Glass et une bague connectée

Nous avons également croisé plusieurs fabricants de lunettes connectées. Chez Garmin, il était question du Varia Vision, un affichage tête haute qui prend la forme d'une branche de lunette qui se fixe sur vos lunettes afin d'y ajouter un petit écran (428 x 240 pixels).

Dans le coin de votre champ de vision, il vous affiche des données provenant de capteurs Edge de Garmin. On retrouve notamment la direction à suivre via le GPS, la vitesse, des notifications pour les appels et les SMS/MMS, etc. La branche dispose d'une surface tactile permettant de changer les informations affichées.

Le problème avec ce genre de dispositif c'est qu'il n'est pas toujours facile de garder un œil sur la route et un sur le petit écran. Quoi qu'il en soit, le Varia Vision sera disponible dans le courant du semestre pour... 399,99 euros tout de même.

Passons ensuite à Okto, « la première bague connectée avec laquelle vous pouvez parler ». Elle dispose en effet d'un micro et d'un haut-parleur et il suffit de coller sa main à son oreille pour écouter votre correspondant. L'expression « parle à ma main » prend ici tout son sens. Elle se connecte via du Bluetooth 4.0 et ne nécessite pas d'application particulière pour fonctionner avec votre smartphone. Okto est bien évidemment étanche et propose une autonomie de quatre heures en communication. 

CES objets connectésCES objets connectés

Les animaux n'y coupent pas et ont droit à leurs colliers connectés bardés de capteurs

Changeons un peu de sujet avec la société française Canhegat qui s'intéresse aux animaux et qui présentait un « pendentif de suivi de la nutrition et du bien-être des animaux ». Il prend en compte l'âge, l'activité, les dépenses énergétiques, le poids et la race des chiens et des chats afin de proposer un rapport détaillé à leur propriétaire.

De plus, pour savoir où se trouve en permanence votre fidèle compagnon à quatre pattes, le pendentif peut également faire office de balise GPS, ce qui permet de le localiser via l'application de l'éditeur. Le prix de cet accessoire n'est pas précisé, mais le constructeur espère pouvoir le commercialiser d'ici le mois de septembre 2016.

De son côté, Wonder Woof propose à peu près les mêmes caractéristiques avec son Bowtie, un collier connecté qui prend la forme d'un... nœud papillon. Le chien devra le porter sur lui afin qu'il mesure son activité physique pour vous délivrer là encore un bilan. Prix de cet accessoire pour le moins surprenant : 159 euros tout de même.

CES objets connectésCES objets connectés

Jouez à distance avec votre animal ou laissez-le s'amuser tout seul avec sa gamelle

Mais Canhegat et Wonder Woof sont loin d'être les seules sociétés à s'intéresser à ce marché et nous avons croisé de nombreuses autres startups qui souhaitent se lancer dans ce domaine, avec des produits plus ou moins innovants.

Petcube par exemple propose une caméra avec micro et haut-parleur comme il en existe tant d'autres, mais avec une particularité : un petit faisceau laser pour jouer à distance avec son chien ou son chat. Appuyez et déplacez votre doigt sur l'application pour diriger le laser dans la maison et « amuser » votre animal domestique pendant votre absence. Vous trouvez le concept intéressant et vous vous dites que cela pourrait vous amuser un peu ? Attendez de connaitre son prix : 199 dollars tout de même.

Et si vous préférez laisser votre chien s'amuser tout seul, Cleverpet à la solution avec une gamelle interactive. Elle dispose de trois boutons sur le devant et le chien devra « jouer » pour gagner une friandise : être rapide et appuyer sur le bouton qui s'allume, reproduire un schéma qui défile devant ses yeux ou bien suivre un ordre vocal (appuie à droite par exemple). S'il réussit, Cleverpet lui donnera une friandise. Cette fois, le prix grimpe encore un peu pour arriver à 299 dollars (en précommande pour le moment).

On passera rapidement sur les GPS en tout genre pour savoir où se trouve votre toutou ou bien pour suivre à la trace ses péripéties et, le cas échéant publier une vidéo de ses exploits sur une plateforme comme YouTube. On signalera simplement un fabricant qui exposait fièrement une banderole pour présenter son traceur GPS pour « enfant et animaux ». Le signe d'une nouvelle convergence ?

CES objets connectésCES objets connectésCES objets connectés

Pour la maison : pot de fleurs, diffuseur de parfum et ustensile de cuisine

Parrot profite de cette 49e édition du CES pour présenter de nouveau son pot de fleurs connecté. Le design est différent du prototype de l'année dernière. Il est en effet plus propre et donne meilleure impression. Le fabricant nous précise qu'il arrivera au cours du premier trimestre, pour une centaine d'euros environ.

Lors du lancement, les habitudes de plus de 8 000 plantes seront entrées dans la base de données de l'application de Parrot et d'autres seront ajoutées au fur et à mesure.

La folie des objets connectés ne semble épargner personne et Febreze y succombait aussi avec un distributeur de parfum connecté. Sans surprise, il vous permet d'envoyer des doses de parfum directement depuis votre smartphone, tout en ayant un retour sur le niveau des cartouches. Febreze joue la carte de l'ouverture et annonce que son diffuseur est compatible avec Nest et le protocole Thread. Il est actuellement en précommande pour 49 dollars.

Anova profitait du salon pour présenter son Precision Cooker, un ustensile de cuisine connecté qui se propose de cuire vos plats « sous vide » (c'est à dire dans une poche hermétique). Plongez-le dans une casserole d'eau, sélectionner votre type d'aliment à cuisiner, indiquez son poids dans l'application sur votre smartphone et laissez faire le Precision Cooker. Son prix ? 199 dollars.

Dans le rayon des objets étranges, la société japonaise IPM attirait du monde sur son stand avec son H3O Magic Stick. Comme son nom l'indique, il permet de réaliser soit même de l'eau hydrogénée (d'où son nom H3O avec plus d'hydrogène que dans le H2O), ce qui a apparemment le vent en poupe dans certains pays d'Asie. Prix de cet accessoire relativement improbable : 299,95 dollars tout de même.

CES objets connectésCES objets connectésCES objets connectés
Febreze - Anova Precision Cooker et H3O Magic Stick

Hydrao : un pommeau de douche connecté prometteur

Toujours en rapport avec l'eau, mais dans un registre différent, les Grenoblois de Hydrao étaient venus avec leur pommeau de douche intelligent au CES de Las Vegas. Celui-ci à un but simple : vous apprendre à économiser de l'eau en vous responsabilisant.

Le concept est intéressant et plutôt malin puisque tout passe par des jeux de lumière : si le pommeau est vert, c'est que vous avez consommé moins de 10 litres. Au-delà de ce seuil il devient bleu, puis jaune une fois dépassé les 30 litres et enfin rouge à plus de 50 litres. Il existe également une version connectée (Bluetooth) qui permet de modifier les paliers, les couleurs et d'avoir des retours utilisateur par utilisateur afin de suivre les économies (ou les dépenses) de chacun.

Cerise sur le gâteau, il fonctionne sans pile grâce et il récupère son énergie via une petite hélice qui tourne et fournit donc de l'électricité. Il y a près d'un an, un projet KissKissBankBank avait permis de récolter 18 759 euros sur les 15 000 demandés. Un pommeau classique était alors proposé à 54 euros, contre 69 euros pour la version connectée. 1 000 pièces ont d'ores et déjà été livrées selon le constructeur, mais il faut utiliser le formulaire de contact si vous êtes intéressé par un exemplaire. Les prix actuellement pratiqués ne sont pas indiqués.

Marre de nettoyer votre barbecue ? Grillbot le fera pour vous !

Au détour d'une allée, nous sommes tombés sur un stand relativement agité avec des petits robots qui bougeaient dans tous les sens : c'était la société Grillbot réalisait des démonstrations de ses robots éponymes. Ils sont équipés de trois brosses métalliques qui viennent frotter la grille du barbecue afin d'enlever les restes de nourritures ; une opération généralement fastidieuse et que l'on repousse à plus tard.

Ce produit n'est par contre pas nouveau (on le trouve d'ailleurs en vente depuis longtemps sur Amazon par exemple, à partir de 149 euros), mais il a tout à fait sa place dans les insolites du CES 2016. Avant de céder à la tentation, sachez tout de même que les clients ne semblent pas tous satisfaits si l'on en croit les commentaires, loin de là même. Un concept intéressant qui pourrait plaire, mais attention à ne pas céder trop vite à la tentation.

CES objets connectés

Un peu de vin ou de la bière maison ? Avec modération évidemment

Le français D-Vine profitait du CES pour présenter son « sommelier connecté » qui n'a rien de bien connecté si ce n'est qu'il faut commander son vin sur Internet. Il s'agit d'une machine qui permet de servir un verre de vin en une minute à la bonne température et avec une oxygénation « parfaite » qui serait équivalente à un passage de trois heures en carafe selon le fabricant.

Chaque dose de vin coute environ un cinquième du prix d'une bouteille et peut se conserver pendant trois ans. Afin d'éviter toute mauvaise surprise, le constructeur nous précise que chaque bouteille de vin est goutée avant d'être vendue sous la forme de petites pipettes en verre. Prix de la machine : à partir de 499 euros tout de même.

Si vous êtes plus bière que Vin, PicoBrew a pensé à avec son Pico : une machine qui vous permet de « brasser votre propre bière artisanale personnalisée en utilisant un équipement et des ingrédients de professionnels ». Un projet Kickstarter a été lancé en décembre et il a récolté plus de 1,4 million de dollars sur les 200 00 demandés. Comme pour D-Vine, ce genre de machine à un coût relativement élevé : 699 dollars minimum (en précommande).

CES objets connectésCES objets connectés

Les inclassables

Les robots pilotés à distance et équipés d'une caméra ainsi que d'un écran existent depuis longtemps et on commence même à en trouver un peu partout. La société Beam voit les choses en grand et, comme l'année dernière, elle mettait en avant son Megabeam, un robot connecté du même genre... mais qui mesure plusieurs mètres de haut. Quant à son utilité, eh bien... on cherche encore.

Passons ensuite au Deeper Fishfinder. Oui, vous avez bien compris, comme son nom l'indique, il s'agit d'un sonar portable et connecté qui fait office de « détecteur de poissons ». Il vous donne également la profondeur et le type de fond marin, ainsi que la température. Vous voilà donc paré pour une pêche connectée, reste à voir si elle sera fructueuse. Il est disponible à la vente depuis plusieurs mois pour un peu plus de 200 euros.

CES objets connectésCES objets connectés

Terminons enfin avec Immersit, une startup française qui se lancera sur Kickstarter le 10 février prochain. Son projet : un système de pieds ajustables pour votre canapé afin qu'il bouge en rythme avec l'action du film que vous êtes en train de regarder. Il s'agit de proposer à domicile ce que l'on retrouve déjà dans certains cinémas dynamiques, bien que les sensations seront vraisemblablement moins fortes.

Tous les détails ne sont pas encore connus, mais le fabricant assure qu'il sera compatible avec la plupart des canapés, et ce, sans aucune modification. Son système vient simplement se glisser sous les pieds et le surélève un peu afin de pouvoir lui donner vie (gauche, droite, avant, arrière, vibration, etc.).

Reste maintenant à connaitre le prix et la disponibilité, ce qui devrait arriver d'ici quelques jours lorsque la campagne de financement participatif sera lancée. En attendant, voici une vidéo de présentation :

Publiée le 06/02/2016 à 13:37
Sébastien Gavois

Journaliste, jamais bien loin d'une connexion internet. Spécialiste du stockage sous toutes ses formes et du décryptage de PDF des opérateurs de téléphonie mobile.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...