L'application de fitness Runkeeper se fait racheter par ASICS

ASICS soit-il 6
image dediée
FAI

Une nouvelle acquisition de taille vient d'être annoncée dans le petit monde des applications dédiées aux sportifs : Runkeeper vient de passer sous le giron d'ASICS. Chaque grande marque commence ainsi à disposer d'un outil avancé à lier à ses produits connectés.

En août dernier, Runtastic annonçait son rachat par Adidas (220 millions d'euros), quelques mois plus tôt, Under Armour se payait MyFitnessPal (475 millions de dollars). La preuve que le secteur du sport semble avoir bien compris que son avenir passait en partie par ces applications qui font fureur chez leurs clients. D'autres comme Nike avaient d'ailleurs senti le vent tourner, la marque proposant ses propres solutions depuis quelques années.

La concurrence ne pouvait pas rester sans réagir, notamment du côté de Runkeeper, éditée par FitnessKeeper. L'application concurrente de Runtastic vient ainsi d'annoncer à son tour un rapprochement avec un fabricant mondial pour assurer son avenir : ASICS. 

Le fondateur, Jason Jacobs, indique dans un billet publié sur Medium qu'après huit ans d'aventure, et plusieurs millions d'utilisateurs conquis, que sa société devait trouver un partenaire : « Lorsque l'on regarde devant nous, il nous semble clair que la marque de fitness du futur ne fabriquera pas seulement des produits physiques, mais sera aussi une part entière du parcours du consommateur, de manière à garder les gens motivés et maximiser leur plaisir de faire du sport. En plaçant ces deux éléments ensemble (une plateforme de fitness et des produits de classe mondiale), vous pouvez construire une nouvelle sorte de marque de fitness qui a une relation plus profonde et plus en confiance avec les consommateurs, qui peut les engager de manière plus personnalisée ».

Bien entendu, il évoquera aussi le fait que les chaussures ASICS sont parmi les plus utilisées des adeptes de Runkeeper et que les deux sociétés partagent une vision et des valeurs. Le tout, sans un mot sur les détails ou le montant de ce rachat qui entre dans sa phase finale.

Comme souvent, le message vise aussi à rassurer les utilisateurs : « rien ne va changer ». Le but est de disposer de plus de ressources pour avancer plus vite, et sans doute ne pas se faire dépasser par les nombreux acteurs qui se renforcent partout ailleurs. Reste maintenant à voir quel sera concrètement le futur de l'application, et si la patte d'ASICS ne se fait pas trop présente.

Car de telles applications sont avant tout communautaires, le nouveau propriétaire devra ainsi veiller à ne pas faire fuir les fidèles tout en misant sur eux pour leur vendre ses produits en priorité.

Publiée le 13/02/2016 à 17:00
David Legrand

Directeur des rédactions et responsable des L@bs de Nancy. Geek de l'extrême spécialisé dans l'analyse des produits high-tech, les réseaux sociaux et les trios d'écrans. Adepte du libre.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...